Jessica commença à déshabiller son partenaire quand ce dernier l’arrêta.

– Attends où est-ce que j’ai laissé mon téléphone ? demanda-t-il.

– Sûrement dans la poche intérieure de ta veste, répondit Jessie en reprenant la veste qu’elle venait de laisser sur le sol. Elle n’y est pas.

– Passe moi le tien s’il te plaît !

Jessica ne se fit pas prier. Terry appela son propre téléphone. Au bout de la cinquième sonnerie, l’agent d’entretien décrocha comme il l’espérait.

– Bonsoir madame, j’ai retrouvé ce téléphone dans la…

– Oui j’appelle pour que vous puissiez me le rendre justement. J’ai sûrement dû le faire tomber quelque part. Où vous trouvez-vous ?

– Au troisième étage.

– Je viens le chercher, comment puis-je vous reconnaître ?

– Je suis celui qui est venu nettoyé la suite royale il y a quelques minutes, répondit-il.

Terry raccrocha.

– L’agent d’entretien l’a retrouvé, apprit-il à Jessie. Je vais le récupérer et profiter pour nous prendre un truc à boire.

Il sortit de la suite et prit l’ascenseur jusqu’au troisième étage. Il trouva le monsieur qui avait son téléphone dans le couloir principal qui menait aux chambres. Il attendait devant son chariot.

– Bonsoir, c’était moi au téléphone il y a quelques minutes.

– Tenez, répondit-il en lui tendant le téléphone.

– Attendez est-ce que c’est le ministre des affaires étrangères que je viens de voir sortir avec une fille ? lança Terry.

Le temps que l’agent se retourne, il ramassa le collier au fond du panier et l’enfouit dans sa poche. Il sortit son portefeuille et tendit un billet de dix mille au monsieur.

– Merci beaucoup.

Terry appela directement son patron.

– J’ai votre collier, lui dit-il. Venez le chercher devant l’hôtel dans cinq minutes.

– Je serai là dans deux minutes, répondit Achille.

Terry raccrocha et alla commander une bouteille de vin au bar. Une minute après son patron le rappela pour lui signaler qu’il était devant l’hôtel.

Il sortit le rejoindre dans sa voiture.

– Voici votre collier, lui dit-il.

– Toi tu vas très vite gravir les échelons du Creed, c’est moi qui te le dis.

Terry sourit.

– Comment tu t’y es pris dis-moi. Je veux dire il devait y avoir du monde et des agents de sécurité.

– Mon père m’a appris deux leçons très importantes. La première est de ne pas révéler tout ce qu’on sait.

Achille sourit mais n’insista pas. Le jeune membre du Creed descendit de la voiture et retourna chercher sa bouteille de vin au bar de l’hôtel. Il monta ensuite à son étage mais dès que la cabine de l’ascenseur s’ouvrit, il vit Jessica en pleine discussion avec l’un des gardes du corps de la princesse. D’une démarche hésitante, il s’approcha d’eux.

– Il s’est passé quelque chose ?

– Un collier a été volé dans le coffre-fort de la princesse, lui apprit Jessica.

Le garde du corps saisit Terry par le bras.

– Devine quoi ? lui dit-il.

– Quoi ? répondit Terry.

– Tu es le seul à avoir eu accès à cette partie de la suite à part la princesse et mademoiselle Jessie.

– Et donc quoi ? répliqua Terry. Excusez-moi mais c’est ridicule. Veuillez lâcher mon bras s’il vous plaît.

– J’ai de quoi te rafraîchir la mémoire, répondit-il simplement.

Le second agent de sécurité sortit de la suite, une tablette à la main. Il leur montra une vidéo de Terry quand il jetait le collier dans le panier de l’agent d’entretien. Il mit la vidéo sur pause puis zooma l’image. On voyait clairement un bout du collier qui dépassait du mouchoir.

– Nous devons avoir une discussion monsieur, ça risque d’être pénible. Mais la durée dépendra de votre volubilité. Plus vous serez bavards et plus la discussion s’écourtera. Vous êtes assez intelligent pour deviner comment ça se finira si vous ne participez pas à la discussion.

Jessica se tenait à côté, silencieuse. La grande consternation à laquelle elle était proie se lisait sur son visage.

Les deux agents de sécurité emmenèrent Terry dans la suite qu’il avait lui-même loué. Jessica s’apprêtait à prendre l’ascenseur quand sa tante sortit de sa suite.

– Attends Jessie, s’écria-t-elle.

Elle la rejoignit devant la cabine.

– Qui est ce jeune homme ? lui demanda-t-elle.

– Une demi-heure plus tôt j’aurais pu te donner une réponse tata, répondit-elle d’un air abattu. Mais là je ne sais plus. Il m’a dit qu’il travaillait aux affaires internes de la police. Pas qu’il volait des bijoux dans des hôtels.

– Voyons, il ne pouvait pas te le dire, même si tu étais sa femme mon enfant. Mais ne t’inquiète pas. Rentre tranquillement à la maison et salue tes parents de ma part.

– Qu’est-ce qui va lui arriver ?

– S’il me dit où se trouve mon collier, absolument rien. Sinon je serai obligée de le livrer à la police mais seulement après qu’il ait discuté avec mes gardes du corps.

Jessie soupira avant de s’engouffrer dans la cabine de l’ascenseur.

Ama rejoignit son voleur qui l’attendait patiemment, ligoté à une chaise.

– Terry c’est bien ça ? commença la princesse en s’asseyant en face de lui.