Il lui tendit la main et l’aida à se lever à son tour. Ils sortirent sur le trottoir où une lourde chaleur les accueillit.
– Ça te dérange si je fume ? lui demanda-t-il en sortant un paquet de cigarettes.
– ‎Non ça va, répondit-elle. Je veux fumer aussi. Enfin je veux essayer.
– ‎Tu n’as jamais rien fumé auparavant ? Rien rien ?
– ‎Non rien, admit-elle.
Il sortit une cigarette du paquet et la plaça entre ses lèvres. Il sortit ensuite un briquet et alluma la cigarette. Il tira une bouffée pour s’assurer que la cigarette était bien allumée.
– Tiens, fit-il en lui tendant la cigarette. Quand tu tires dessus, tu aspires la fumée dans ton ventre puis tu la ressors quelques secondes plus tard. Fais-le lentement sinon tu vas t’étrangler avec la fumée. Et puis tire doucement dessus pour qu’il n’y ait pas trop de fumée.
Elle prit la cigarette et fit exactement ce que son professeur lui a dit. Quelques secondes plus tard elle sortit un long filet de fumée.
– Tu apprends vite dis donc ! admira-t-il.
– ‎Disons que j’ai un bon prof, répondit-elle. Comment on fait pour sortir la fumée par les narines ?
– ‎C’est très simple, après avoir inspiré la fumée dans ton ventre, tu fermes tes lèvres et expires lentement par les narines.
Elle réussit celle-là aussi sans tousser.
– Je crois que j’ai été une fumeuse dans une vie antérieure, dit-elle en riant.
– Ça explique tout, répondit-il avec un grand sourire.
– ‎Bon la bêtise humaine, fit-elle en lui rendant la cigarette.
– La bêtise humaine, répéta-t-il avant de tirer sur la cigarette. Ce truc qui gangrène le monde. Comment peut-on concevoir que sur la même terre où des gens meurent de faim, manquent d’eau potable pour leurs besoins, on dépense des milliards pour explorer d’autres planètes ? Tu ne peux pas négliger ta propre maison en espérant trouver mieux ailleurs, c’est absurde. Comment peut-on concevoir que l’argent qui doit servir à aider les plus démunis sert à construire des villas climatisées en bord de mer ? Villa que, je tiens à le préciser, tu ne visiteras que deux ou trois fois dans l’année. Nos egos et notre inconscience ont atteint un niveau où ils écrasent impitoyablement les plus faibles et les plus démunis. Et on ne s’en soucie pas. En fait, c’est devenu normal, même pour une partie de ceux qui se font écraser. Quand tu te construis une grande maison, tu vas seulement dormir sur un petit deux mètres carrés. Ou même un mètre carré si tu te recroquevilles en dormant. Pour moi ça montre à quel point on est insignifiant. On se bat pour montrer qu’on est un grand homme alors que de simples moustiques peuvent avoir raison de nous. Pour moi ça montre à quel point on fragile et insignifiant.
– ‎Qu’est-ce qu’un grand homme pour toi ?
– ‎Un grand homme c’est quelqu’un qui ne laisse pas sa gloire lui monter à la tête. Qui reste humble malgré tout. Un grand homme pour moi c’est quelqu’un qui se préoccupe des autres, qui fait ce qu’on attend de lui et bien plus. C’est quelqu’un qui voit plus loin que le bout de son nez, quelqu’un qui comprend que toutes ces grandes maisons et ces grosses voitures ne lui serviront à rien une fois qu’il sera nu devant son Créateur, si ce dernier existe.
– ‎Tu doutes de l’existence de Dieu ?
– ‎Il m’arrive d’en douter par moments quand je vois certaines choses.
– ‎Ne doute pas, lui dit-elle. Si après la mort on se rend compte que Dieu n’existe pas, on n’aura rien perdu.
– ‎C’est l’une des choses les plus censées qu’on m’ait dites à ce jour, fit-il.
– ‎Merci, sourit-elle. C’est de Blaise Pascal, si je ne m’abuse.
– ‎Ce qui me dérange le plus dans tout ceci c’est qu’à la moindre occasion, on pointe les autres du doigt. C’est toujours plus facile de juger les autres mais, et toi ? Si tu arrives à être fier de l’homme que tu vois dans le miroir le matin malgré tout ce que tu fais, ou plutôt tout ce que tu ne fais pas pour les autres, c’est que tu perds petit à petit ton humanité.
– Hum ! La bêtise pour moi c’est quand tu épouses celle que tu dis aimer, tu lui jures fidélité devant Dieu et devant les hommes. Puis après tu vas trainer dans les bars ou dans les endroits branchés avec d’autres femmes, tu la trompes avec tout ce qui bouge mais quand tu la verras sourire à un autre ce sera la Troisième guerre mondiale.
– C’est triste. Je crois que ce sont les gens qui ont raté leur jeunesse qui font ça. Si je me marie, ma femme sera ma maitresse, ma meilleure amie et ma confidente. Donc je dois me marier à quelqu’un avec qui je me sens bien sur tous les plans.