– Dieu. Cet Être Suprême et Tout-puissant que personne n’ose critiquer. Ce Dieu qui est censé être d’amour et de paix. Mais au nom duquel, on tue d’autres personnes parce qu’on juge qu’ils ne sont pas dignes de Lui. Il y en a qui mentent en Son Nom. Il y en a qui croient fermement en Lui au point de mépriser ceux qui ne le font pas. Genre tout le monde doit croire aveuglément en Lui, mais Dieu Lui-même a doté sa création de libre-arbitre. On peut donc choisir de croire en Lui ou pas.
– ‎Tu peux t’adresser directement à lui tu sais ?
– ‎Par la prière c’est ça ?
– ‎Oui.
Il s’agenouilla sur le sol pavé sans se soucier de salir son pantalon blanc.
‎Elle le regarda d’un air étonné mais ne dit mot. Elle avait déjà une idée de ce qu’il allait faire.
– Seigneur Dieu, commença-t-il. Aujourd’hui c’est mon anniversaire. Le 24e. En me réveillant ce matin, je t’ai remercié pour ma vie et ma santé et celle de tous mes proches. Je t’ai remercié pour tout ce que Tu as pu faire pour moi jusque-là. Ce soir je suis encore à genoux devant Toi. Je ne suis pas là pour moi, non. J’ai déjà la santé, un toit sur ma tête et deux bras valides. Je me battrai donc pour le reste. Je suis à genoux devant toi au nom de la cruauté qui gangrène le monde que Tu as créé, au nom de l’injustice et au nom de la violence gratuite. Je suis là au nom de toutes les guerres et au nom de toutes les victimes innocentes qu’elles font. Je ne te demande pas grand chose, juste un signe. Juste une manifestation de Ta Puissance. Manifeste Toi auprès de ceux qui tuent Tes enfants en Ton Nom. Montre Ton visage à ceux qui détruisent Ta Création pour une cause égoïste. Sauve Tes enfants, ramène ceux qui sont égarés vers Toi. Donne la paix à nos cœurs. Amen.
– ‎J’aime la sincérité de ta prière, lui dit Bênofébia. La plupart du temps on se contente de prier pour nous ou pour nos proches et on demande des choses plus ou moins banales. Alors qu’il y a beaucoup plus important.
– ‎Beaucoup plus important. Des fois l’égoïsme dont nous pouvons faire preuve me fait peur.
– ‎Tu ne sembles pas être quelqu’un qui a peur.
– ‎Tout le monde a peur. Enfin presque tout le monde.
– ‎De quoi as-tu peur toi ?