Assise à côté de son ami, Bênofébia promenait son doigt autour de son verre.
– Jouons à un jeu, dit-elle soudain. Le jeu est simple, je vous donne un mot, vous regardez autour de vous et vous me dites ce que le mot vous inspire.
– ‎Allons y.
Un grand bruit de verre brisé attira soudain leur attention. Ils se retournèrent tous les deux vers le coin du bar d’où provenait le bruit. Un type était allongé sur le sol, agonisant dans son sang. Celui qui semblait l’avoir agressé, l’enjamba puis sortit du bar sans un regard derrière.
– Le sang.
Le jeune homme en face réfléchit un instant. Il regarda autour de lui. Il vit le barman soupiré avant de quitter son bar pour aider le type sur le sol.
– C’est ce liquide rouge, qui n’a pas de voix mais qui crie plus qu’un crieur royal. C’est cette chose imbuvable mais dont raffolent tellement certains humains. Regarde ce type qui gît dans son sang. Il se demande sûrement ce qu’il fait là et ce qu’il fait de sa vie. Il va probablement se lever dans quelques minutes, avec peine. Il rentrera chez lui en se promettant de se reprendre en main, en se disant qu’il vaut mieux que ça. Puis le lendemain, quand son mal de crâne se sera calmé ou quand ses malheurs le noieront à nouveau, il reviendra ici. Il s’enivrera à en perdre connaissance. Quand je vois cet homme, je vois la faiblesse humaine, je vois le désespoir, je vois l’irresponsabilité. Aucune dépendance n’est plus forte que la volonté humaine pour ce que j’en sais. Mais le monde ne se limite pas à ce que je sais. Et après tout ce n’est qu’un peu de sang sur le carrelage froid d’un bar lugubre.
– ‎Waouh ! s’exclama Bênofébia. Pour quelqu’un qui fête son anniversaire, tu as des pensées bien sombres.
Il haussa les épaules. Quelques minutes plus tard, une femme enceinte entra dans le bar. Elle échangea quelques mots avec le barman qui lui montra le fond du bar où se trouvait le monsieur dont on avait cassé la tête.
‎ Elle se dirigea vers celui qui semblait être son mari et l’emmena hors du bar.
– Alors c’est quoi le prochain mot ?
– ‎La vie.