– Je croyais t’avoir entendu parlé de pipe !

– Pipe ? Tu devrais te nettoyer plus souvent les oreilles toi.

– C’est pas une raison pour me manquer de respect. Et puis qu’est-ce que tu fais assise sur lui ? C’est lui qui te laisse poser ton gros cul sur lui.

    Sur ce il est rentré dans la cuisine et est ressorti quelques secondes plus tard avec du pain et du jambon. Martial et moi avons poussé un long soupir de soulagement. Je me suis alors levée et je suis partie dans ma chambre. Martial m’a suivie.

– Excuse-moi Tati. J’avais juste peur de te blesser.

– Bah tu as réussi quand même. C’est bon tu peux partir je n’en ai plus envie.

    Il hésita un moment, il me connaissait bien et il savait ce que j’avais en tête. Je ne suis pas le genre de fille qui marche selon des principes et tout le reste. Je fais mes trucs sur coup de tête et quand j’ai quelque chose en tête je le fais avant de passer à autre chose ou de regretter.

   Je me suis donc réfugiée sous ma couverture en attendant qu’il s’en aille. Dès qu’il a refermé la porte derrière lui, j’ai sauté sur mon téléphone et j’ai envoyé un message à Youssouf, le meilleur pote de mon frère qui essayait de me gérer depuis deux ans.

– Coucou tu passes à la maison ce soir ?

    Il a répondu tout de suite au message.

– Non c’est pas prévu mais je peux passer si tu veux.

– J’ai quelque chose à te proposer et je sais que ça va te plaire mais ce serait trop suspect si tu viens seul. Le mieux serait que tu improvises un Chill, comme ça tu pourras t’éclipser sans que personne ne le remarque.

– Je peux avoir un petit indice concernant ce que tu veux me proposer ?

– Okay attends.

    Je me suis relevé et j’ai remis mon décolletée et j’ai pris un selfie sans mon visage que je lui ai envoyé. Une demi-heure plus tard, il est arrivé avec deux potes à lui. Je m’étais changé et j’étais assis devant la télé au salon quand ils sont arrivés. Youssouf m’a présentée aux autres. J’ai attendu que mon frère nous rejoigne puis je me suis retirée dans ma chambre. Une heure plus tard, quand il y avait assez de monde et que l’alcool avait assez coulé, Youssouf s’est glissé discrètement dans ma chambre. J’étais sur mon lit en train de pianoter mon téléphone. Je portais un short extra court en jean et un grand pull gris. J’avais attaché mes braids en queue de cheval pour qu’ils ne me dérangent pas. Il a refermé la porte derrière lui et est venu s’asseoir près de moi sur le lit.

– Alors c’est quoi cette fameuse proposition ?