Il a vivement retiré sa main comme si ma poitrine l’avait brûlé.

– Qu’est-ce que tu fais ?

– Ça se voit bien non ? J’ai envie de le faire Martial et je veux que ce soit toi.

   Je me suis mis à genou à côté de lui sur le lit et j’ai glissé les bretelles de ma combi’. J’étais maintenant à moitié nue. J’ai caressé doucement son érection et il s’est laissé faire. 

    Je lui avais déjà fait une pipe parce qu’il m’avait avoué qu’on ne lui en avait jamais fait et qu’il aimerait savoir ce que ça fait. Depuis ce jour, une tension sexuelle s’est installé entre nous. Il en voulait plus je le sentais mais il n’osait pas faire le pas et moi je m’intéressais pas au sexe jusqu’ici donc je faisais l’indifférente.

    Il m’a plaqué sur le lit et a commencé à me téter avidement. J’ai fermé les yeux et je me suis abandonnée à cette sensation totalement inédite. Quelques minutes après, il a laissé mes seins pour s’attaquer à mon nombril. Je l’ai vite arrêté parce que je suis très sensible du nombril et donc j’aurai mal au ventre après. Il a retiré ensuite le reste de ma combi me laissant totalement nue puisque je n’avais pas mis de culotte. Il s’arrêta un moment, me regardant avec une envie évidente.

– Tu es sûre de vouloir faire ça ?

   J’ai fait oui de la tête sans pouvoir parler.

– C’est pas rien la première fois, beaucoup de filles regrettent…

– Tais-toi et fais le ! ai-je répliqué avec impatience. 

    Il s’est tu et a ouvert la braguette de son jean. Il a ensuite baissé son pantalon et l’a complètement enlevé. J’étais couché sur le lit et j’attendais avec une once d’appréhension sa bite tendue et plutôt grosse. Dès qu’il s’est approché de moi, je me suis relevé brusquement, mes sens en alerte. Il m’a regardé d’un air surpris et a reculé d’un pas.

– Qu’est-ce qu’il y a ? Tu ne veux plus ? 

– Chut ! lui ai-je chuchoté en mettant un doigt sur sa bouche. Mon père vient de rentrer.