– Caroline je viens de terminer la lecture de ton rapport à propos du mariage. Et je dois t’avouer que j’ai été agréablement surprise par toute cette organisation. La chapelle et surtout l’endroit pour la réception… Je suis émerveillée Caroline. 

– J’ai appris de la meilleure, répondit-elle en souriant. Les idées me sont venues naturellement. Pour la réception je n’ai pas pu faire le plan de table puisque je n’ai pas la liste de ceux qui seront là.
– A propos j’ai une dernière chose à te demander. J’aimerais que tu sois présente au mariage. Tu t’assureras que tout se déroule sans incident. Rien ni personne ne doit perturber la cérémonie. Et tout ceci doit se passer dans la plus grande des discrétions. 
– Vous pouvez compter sur moi madame. Mais tout est prêt sauf l’essentiel. Il me manque le nom des mariés pour faire les cartes d’invitation.
– Le futur marié s’appelle Georges Batounde et la future mariée… Sonia.
– Sonia ? ! demanda Caroline d’un air très étonné. Sonia comme dans Sonia Amouzou ?
– Oui Caroline. Tu viens d’organiser mon mariage. C’est pour ça que je veux que ce soit toi qui te charge de tout.
– J’avoue que je suis un peu surprise et sans vous mentir je ne m’attendais pas à ce que vous vous mariez. J’ai cru comprendre entre temps que… Mais bon je m’assurerai que tout soit parfait.
    Dès que Caroline quitta mon bureau, je pris mon téléphone et appelai Andrew. Même si j’allais me marier dans quelques jours, je ne pouvais pas m’empêcher de penser à Andrew. Je repense à toutes les fois où je me suis retrouvé dans ses bras ces derniers jours. Si je l’avais connu quelques mois plus tôt… Je passai quelques minutes avec lui au téléphone et avant de raccrocher :
– Et si on reprenait l’histoire là où on l’avait laissé ? me demanda-t-il.
– D’accord fais-moi signe après quand tu seras disponible.
– A propos de disponibilité j’ai mon collègue de bureau Georges qui se marie dans deux semaines donc ce samedi j’ai quelques courses à faire avec lui. En plus je ne connais pas encore sa future épouse donc je crois que ce serait l’occasion de la connaitre avant le jour du mariage. Et le samedi suivant j’irai au mariage donc on est obligé de reporter notre rendez-vous ou trouver un autre jour que samedi. J’ai hâte de connaitre enfin le nom de celle avec qui je passe des nuits torrides ces derniers jours.
– Pour être honnête je n’ai plus grand chose à vous raconter sur moi. Et pour mon nom, je vous ai presque tout donné. Il vous suffit de deviner le reste.
– N, I, A, O ?  C’est censé être un nom ou des initiales ?
– C’est pas si difficile que ça, si tu fais attention tu devineras facilement.
– D’accord, on se retrouve tu sais où ce soir ?
– Oui mais je ne pourrais pas rester longtemps. Je t’enverrai la nouvelle adresse toute à l’heure.
     Pour garder notre relation secrète, on changeait d’hôtel à chaque rendez-vous histoire de ne pas être vu plusieurs fois dans le même hôtel.
– Pas de soucis. Bon je vais devoir te laisser mon collègue Georges vient d’arriver. Nous allons bientôt sortir. Bon après-midi et à ce soir.

– Ne me dis pas que tu as une relation secrète ? lança Georges en entrant dans le bureau. C’est qui encore cette pauvre innocente que tu manipules ?
– Haha c’est plutôt elle qui me manipule. Elle me fascine cette femme. Malgré que je ne connaisse pas encore son nom, je passe de bons moments avec elle. Elle est vraiment mystérieuse et c’est ce qui la rend plus intéressante et sexy à mes yeux. Peut-être après ton mariage je peux te la présenter.
– Aucun problème. Tu as aussi refusé de rencontrer Sonia. Tu la verras le jour du mariage. Actuellement avec son assistante, elles organisent le mariage. Je suis sûre que ce sera le plus beau jour de ma vie.

Quelques heures plus tard

– Il va falloir qu’on arrête de se voir André, lui dis-je en m’habillant.
    Il se leva du lit et vint se place derrière moi. Il replongea sa main dans ma culotte et se mit à me toucher.
– Tu disais ? me demanda-t-il, avec un sourire victorieux en me voyant lutter pour ne pas lui sauter dessus.
– Je suis sérieuse, murmurai malgré l’excitation. Il va falloir qu’on arrête de se voir.
– Ah oui ? me susurra-t-il à me mordillant le lobe.
    A ce moment précis, mon seul regret était qu’il connaisse mes points faibles mais je fis un effort surhumain pour retirer sa main de ma culotte. Je me tournai vers lui et le regardai d’un air grave.
– J’adore chaque seconde que je passe en ta compagnie Andrew, j’aime comment tu me fais l’amour, j’aime sentir ton corps musclé contre moi et surtout je t’aime toi. Mais cette relation n’a pas lieu d’être et tu le sais aussi bien que moi. Tu le savais dès la seconde où tu m’as embrassé. Tu savais bien qu’à un moment on devait arrêter.
– Oui mais je croyais que…, commença-t-il.
– Que j’allais quitter celui avec qui je suis pour être avec toi ? complétai-je. Je ne pourrais jamais faire ça. Et si je le fais tu seras le premier à me regarder avec dédain.
    Il avança à reculons vers le lit et s’assit. Il me regarda avec mélancolie. Je m’approchai et me plaçai entre ses jambes.
– Je suis désolée Andrew, lui dis-je en posant sa tête contre ma poitrine.
    Il me repoussa.
– Va-t’en !
    Je m’éloignai de lui et remis ma robe rapidement. Je ramassai mes chaussures et mon sac à main et sortis après lui avoir jeté un dernier regard. Il regardait dans le vide. Je refermai la porte derrière moi.

Quelques jours plus tard

    Nous étions le samedi, le ciel était incroyablement bleu et les rayons du soleil doux comme jamais. Tout semblait si beau ce jour-là mais j’avais quand même un pincement au cœur. C’était le jour de mon mariage. J’allais me marier avec un homme en pensant à un autre. J’allais me marier avec Georges en pensant à Andrew. Tout aurait été parfait si c’était lui qui m’attendait devant l’autel. Je refoulai mon envie d’être avec lui et quittai mon lit. La journée s’écoula si vite que quelques heures après mon réveil, je me retrouvai dans ma robe de mariée. Véronique, ma meilleure amie s’était occupée de moi comme une reine et Caroline m’avait fait faire un beau maquillage. J’avais le sourire aux lèvres mais dans le fond j’étais en proie à une peur qui ne cessait d’accroître au fur et à mesure que s’approchait l’heure fatidique.
– Caroline ne laisse rien perturber la cérémonie, dis-je à cette dernière avant de sortir pour me rendre à l’autel. Rien ni personne ne doit interrompre la cérémonie.
    Je sortis de la salle. Mon père qui m’attendait me tendit son bras quand il me vit.
– Tu es magnifique ma fille, me dit-il pendant que nous nous dirigions vers l’autel.
– Merci papa, répondis-je avec un sourire radieux.
– Tout va bien se passer tu verras, me dit-il en sentant le léger tremblement de ma voix. Je suis à tes côtés pour ça. Alors ne t’inquiète surtout.
Ses propos me rassurèrent et je commençai à marcher. Je cherchais du regard, et de manière peu discrète un invité en particulier parmi ceux de Georges. Dès que je croisai son regard, les propos de mon père volèrent en éclats. Je ne connaissais pas vraiment Andrew, donc je ne savais pas de quoi il était capable. Je fuis son regard à la fois choqué et à la fois dégoûté. J’avais honte de moi, honte de ce que je lui avais fait mais j’étais arrivée à un point de non-retour. Il n’y a que dans les films que les mariées s’enfuient à la dernière minute avec leurs amants. Et même si je pouvais, j’étais quasi-sûr qu’Andrew n’en serait que plus dégoûté. Je rejoignis donc Georges devant l’autel, tout sourire.
    Le prêtre commença la cérémonie avec la phrase coutumière.
– Nous sommes ici ce soir pour unir ces deux cœurs qui ont choisi de s’aimer. Si quelqu’un dans l’assemblée s’oppose à cette union, qu’il se manifeste maintenant ou se taise à jamais.

    Je me tournai vers les invités et vit André se lever avec fureur. Il planta son regard dans le mien.

By A.P.