Flory sursauta et raccrocha rapidement mais elle avait toujours le test dans la main.
– Il est tombé de la veste, mentit-t-elle maladroitement.
Elle remit le test dans la poche de la veste. Ryan ne répondit pas, laissant un silence lourd s’installer dans la pièce. La sonnerie d’un téléphone brisa le silence. Ryan vit le numéro du commissaire s’afficher sur l’écran. Il décrocha.
– Regarde le journal de la TVT fiston, dit tout simplement le commissaire.
Ryan saisit la télécommande et alluma la télé. Il monta le volume. Chris était là, menotté à ses deux acolytes, vêtus des mêmes tenues que l’après-midi. Le téléphone de Flory lui glissa des mains et se brisa sur le sol. Le commissaire Faichal expliquait comment ils ont appréhendé la bande et les délits qu’ils avaient déjà à leurs actifs.
– Je t’avais dit que je te sortirai de ses griffes ! s’enthousiasma Ryan. Je suis sûr qu’il ne s’y attendait pas.
Flory ne répondit pas, elle s’assit sur le canapé et poussa un long soupir de soulagement. Partagée entre l’euphorie et la mélancolie, elle resta silencieuse pendant de longues minutes. Ryan vint s’asseoir à côté d’elle sur le canapé.
– C’est fini maintenant Flory, lui murmura-t-il en la serrant contre lui.
Elle laissa couler ses larmes en silence.
– Il ne te fera plus aucun mal je te promets ! continua-t-il en lui frictionnant le bras. Je vais te faire quitter le pays. Tu retourneras en Suisse.
Elle prit un mouchoir jetable dans son sac à main et essuya ses larmes.
– Je ne peux plus retourner en Suisse, répondit-elle. J’ai eu autant d’ennuis là-bas qu’ici.
– Où veux-tu aller alors ? s’enquit Ryan, perdu.
Elle fit semblant de réfléchir pendant quelques secondes.
– En Chine ! Là je pourrais prendre un nouveau départ et me lancer à fond dans le mannequinat pendant que je suis encore jeune.
– Alors va pour la Chine ! conclut-il en souriant. D’ici deux semaines tout sera prêt ! Mais en attendant tu dois te faire discrète et aller voir Chris pour qu’il ne se doute de rien.
– Ca me laisse largement le temps de régler deux ou trois trucs avant mon départ, dit-elle en se levant. Bon maintenant il faut que je rentre.
– Je préfère que tu restes, il est tard et il faut que tu te fasses discrète, n’oublie pas.
Elle hésita. Ryan la guida jusqu’à la chambre d’amis.
– Il y a des serviettes neuves et un peignoir dans le tiroir de la commode, lui dit-il. Si tu as besoin d’autre chose, appelle-moi.
– D’accord et encore une fois merci pour tout vraiment ! Je ne mérite rien de tout ça et tu le sais aussi bien que moi !
– On mérite tous une seconde chance. Maintenant bonne nuit !

7h15
Le lendemain

Ryan se réveilla et pris une douche. Une fois prêt pour le boulot, il descendit et fut attiré par l’odeur de bacon qui émanait de la cuisine. Il y risqua un œil et découvrit Flory occupée laver la poêle.
– Bonjour, je me suis dit que tu voudras peut-être manger quelque avant d’aller au bureau, expliqua-t-elle.
– On ne dit pas non à du bacon et à des œufs au plat, c’est un péché aux yeux du bon Dieu, un délit aux yeux de la loi, et une insulte à l’égard de celle qui les a fait, répondit Ryan, la mine sérieuse.
– Dis donc ! s’exclama Flory avant d’éclater de rire.
Ryan éclata de rire à son tour. Quand il reprit son souffle, il se mit à table.

9h07
Prison civile de Lomé

– Où est mon argent Chris ?
Chemise blanche, pantalon noir et des chaussures en cure noir clinquant, Shérif faisait tache dans la prison.
– Ryan Johnson a ton argent, marmonna Chris.
Shérif sourit en entendant le nom.
– Tu auras de mes nouvelles très bientôt, reprit Shérif.
Il s’éloigna suivi de près par l’armoire à glace qui lui servait de garde du corps.

11h
Domicile des Mensah
Sarah décida d’aller chercher quelques affaires à la maison. Mais ne voulant pas y aller seule, elle appela sa meilleure amie pour l’y accompagner.
– Euh j’y suis actuellement, répondit Flory, gênée par la situation. Viens et je t’explique tout.
– Il n’est pas là j’espère, parce que je n’ai aucune envie de le voir.
– Non il est parti depuis 7h, la rassura son amie.
Sarah prit son sac à main et rejoignit Flory. Elle trouva son amie affaissée devant la télé. Cette dernière se redressa en voyant sa copine. Elles se firent la bise et Sarah s’assit sur le divan. Flory lui raconta tout, du chantage à l’arrestation de Chris en passant par la raison de sa présence dans la maison.
– Pour me protéger des représailles de la part de Chris, il m’a proposé de retourner vivre en Suisse mais j’ai opté pour la Chine, finit-elle. Chérie tu es tombée sur le mari parfait. C’est quelqu’un d’extrêmement généreux et de réfléchi. Il ne fait jamais rien par hasard. Alors s’il te plait, tout ce que je te demande c’est de prendre quelques minutes pour l’écouter. Rien de plus.
Sarah soupira longuement, touchée par les paroles de son amie. Elle se rendit compte que sur le coup, elle n’avait pensé qu’à elle même. Elle n’avait pas pensé une seule seconde à comment pouvait se sentir son mari.
– Tu as raison sur toute la ligne, concéda-t-elle. On ira le voir toute à l’heure mais pour le moment dis-moi comment tu te sens dans tout ça.

A midi, Ryan prit sa voiture et rendit visite à Aïcha et son fils. Il gara sa voiture devant la petite villa et sonna. Le gardien vint lui ouvrir aussitôt. Il le salua et demanda d’après Aïcha.
– Bonjour Ryan, salua cette dernière en sortant du salon.
Ryan ne répondit pas. Il se contenta de la dépasser et d’entrer dans le salon.
– Bryan ne rentre pas avant 13h, dit-elle en le suivant à l’intérieur.
– Ca tombe bien parce que c’est toi que je viens voir, répliqua Ryan.
– Il y a un souci ? demanda-t-elle en voyant sa mine.
– Explique-moi ceci, répondit Ryan en secouant les résultats du test ADN devant son nez.
Aïcha prit le document et le parcourut rapidement.
– Tu devrais t’asseoir, dit-elle à la fin de la lecture.
Ryan s’exécuta.
– Par où devrais-je commencer, murmura-t-elle.
– Par le début, rétorqua Ryan avec agressivité.
Aïcha s’assit en face de lui.
– C’était il y a quelques années je suis sorti avec un mec qui me battait. Un jour j’ai décidé d’arrêter parce que le seul endroit où pouvait me mener cette relation c’était la morgue. Et genre une semaine après je t’ai rencontrée. Tu étais tout le contraire de ce que je fuyais. Alors je suis tombée sous ton charme. On a commencé à sortir ensemble mais je me suis rendu compte que j’étais enceinte de lui. C’est pour ça que j’ai mis un terme à notre relation. Il avait disparu jusqu’à il y a six mois.

Six mois plus tôt
Aïcha accompagna son fils pour son premier jour d’école. Après lui avoir donné quelques instructions et lui avoir promis de passer le chercher à 11h, elle quitta l’école. Tandis qu’elle retournait chez elle, un homme vint lui couper la route. Occupée à bavarder avec ses amis sur WhatsApp ne vit pas l’armoire de glace qui se tenait devant lui et l’heurta de plein fouet et se retrouva sur ses deux fesses. Une main la saisit par le bras et l’aida à se relever. Elle se retrouva nez à nez avec le père de son enfant. Cela faisait quatre ans qu’il ne l’avait plus revue, il n’avait pas beaucoup changé à part quelques tatouages en plus.
– Toujours la tête en l’air à ce que je vois, lança Chris avec un sourire amical.
– Toujours aussi attentionné à ce que je vois, répliqua Aïcha, saisie de peur.
– Tu n’as pas changé d’un poil, constata-t-il avec satisfaction. On ne dirait même pas que cette grosse tête que tu viens de raccompagner sort  de ton minou.
Ses compagnons s’esclaffèrent.
– Qu’est-ce que tu veux Christophe ? couina-t-elle comme une petite fille.
– Voyons c’est comme ça que tu parles au père de ton fils ? Je suis vexé. Ce n’est pas comme ça que j’imaginais nos retrouvailles.
Le plus élancé de ses hommes émit un gloussement stupide qu’il arrêta quand il croisa le regard noir de son patron.
– Je voulais juste voir comment va notre fils, reprit-il, imperturbable.
Il s’éloigna en faisant signe à ses hommes qui le suivirent.
Une semaine plus tard alors qu’Aïcha rentrait d’une rencontre WhatsApp, il l’attendait devant la maison de sa mère où elle habitait.
– Bonsoir chérie, salua-t-il d’un ton mielleux comme s’ils étaient toujours ensemble. Où étais-tu depuis ? Ca fait au moins une heure que je t’attendais.
Ils étaient seuls et la rue était déserte. Sa mère n’était pas à la maison alors elle décida de l’écouter sagement sans le provoquer.
– Bonsoir, répondit-elle d’une voix neutre.
– Comment va Bryan ? demanda-t-il.
Aïcha le regarda avec consternation.
– Quoi c’est si étonnant que je connaisse le nom de mon fils ? A ton avis d’où venait tout l’argent avec lequel ta mère vous entretenait toi et le petit ?
Elle le regarda, interdite.
– J’ai besoin de ton aide, continua-t-il en se levant. Tu te souviens de ce mec avec qui tu es sortie une semaine après avoir rompu avec moi ? Comment il s’appelait déjà ? – il fit mine se rappeler son nom – Ryan !
– Qu’est-ce que tu lui veux ? répliqua la jeune femme, sur la défensive.
– Oh ! s’exclama Chris, amusé. Je vois que madame a encore des sentiments. Je l’ai croisé entre temps. Il a épousé une magnifique femme. Devant elle, tu passerais pour une clown.
– Ryan et moi c’est de l’histoire ancienne, rétorqua Aïcha, piquée au vif. Et c’est moi qui l’ai plaqué. S’il a tourné la page tant mieux ou sinon j’espère qu’il y arrivera.
Chris, sachant qu’il a touché la corde la corde sensible, la poussa à bout.
– Tu as été tellement stupide. Tu aurais pu lui faire croire facilement que ce bébé était de lui et aujourd’hui tu serais à la place de cette magnifique femme que j’ai vu. Tu aurais le sourire radieux que j’avais vu sur son visage. Mais au lieu de ça, ta vie sociale se résume à ces stupides rencontres WhatsApp que tu fais à longueur de semaine.
Aïcha perdit l’usage de sa langue, blessée par l’analyse de son ex amant. Il avait toujours su appuyé là où ça faisait le plus.
– Je ne suis pas venu te voir pour te rappeler ta regrettable erreur. Aujourd’hui je suis venu t’offrir la chance de récupérer une partie de tout ce que tu as raté en rompant avec Ryan.
Elle releva la tête, piquée par la curiosité.
– Je t’écoute !
– C’est simple, tu lui fais croire que Bryan est son fils ! répondit-il d’un ton détaché. Tous les éléments jouent en ta faveur : la période pendant laquelle correspond au début de ta grossesse, le nom du petit est issu du sien et il porte ton nom de famille. Tu lui diras que c’est parce que tu ne voulais pas qu’il te connaisse mais qu’avec le temps tu t’es rendue compte que c’était une erreur de priver Bryan de son père. C’est un faible, il va juste sauter de joie et t’accueillir les bras ouverts.
– Hum ! s’exclama Aïcha après avoir écouté le plan détaillé de Chris. Et toi tu gagnes quoi dans tout ça ?
– Ne t’inquiète pas pour moi, répondit Chris d’un ton sincère. Je veux juste que mon fils soit à l’abri du besoin et ce gars est plein aux as.
– Tu me promets que tu n’as aucun plan machiavélique derrière la tête ? Rien de malsain ?
– Je te le promets !

 

– Voilà comment se sont déroulés les évènements. Je n’ai jamais pensé à profiter de toi de quelque façon que ce soit. Je voulais juste le meilleur pour mon fils.
– Ce qui est fait est fait mais qui est le vrai père de Ryan ?