Plan X 2.0 (Part X)

– Avec plaisir !
   Alexia s’effaça pour laisser passer Rémi. Il l’emmena au salon et l’installa dans le canapé.
– Tu veux boire quelque chose ? lui demanda-t-elle.
– Non merci !
   Elle s’assit en face de son invité.
– Tu dis pouvoir m’aider en ce qui concerne le gars qui a enceinté Francine ?
– Oui il se trouve que ce même gars, qui se trouve être mon petit ami, a manipulé ma sœur jumelle et a couché avec elle.
– Quoi ? ! s’exclama Rémi, horrifié.
– Eh oui ! répondit Alexia, d’une voix hargneuse.
   Elle raconta au détail près l’histoire à Rémi.
– Humm ! s’exclama-t-il à la fin du récit. Il est vraiment culotté et assez stupide. Il ignore à quel point jouer avec deux sœurs peut-être dangereux.
– Je lui ferai comprendre ça dans les plus brefs délais ! Je peux compter sur ton aide ?
– À 100% ! répondit Rémi. Tu as pensé à quelque chose en particulier ?
– Non non j’ai appris la nouvelle ce matin et depuis je n’ai pas encore eu le temps de penser à de quelconques représailles.
– Je connais des gens très peu recommandables qui feraient n’importe quoi pour de l’argent alors quoi que tu décides sache que je suis à 100% avec toi.
– D’accord laisse-moi ton numéro comme ça je te ferai signe d’ici la fin de la semaine !
   Ils échangèrent leurs numéros et bavardèrent un moment au salon. Alexine entendant une voix d’homme dans le salon, descendit pour voir qui c’était. Il vit sa sœur en pleine conversation avec Rémi.
– Bonjour ! salua-t-elle.
– Bonjour !  Vous devez être Alexine, la jumelle d’Alexia. Enchanté moi c’est Rémi ! dit-il gentiment en tendant la main à Alexine.
  Cette dernière ne comprenant rien à la situation serra la main de l’inconnu et se tourna vers sa sœur à la quête d’explications.
– Rémi est un ami. Il se trouve que Joël a engrossé sa sœur et qu’il veut le faire payer ! Alors nous allons nous associer pour que le châtiment soit des plus mesquins.
– Alors il est le bienvenu, répondit Alexine, ravie par la nouvelle.
– Bon je dois vous laisser il faut que je retrouve cette Adèle.
   Il se leva et Alexia fit de même. Elle le raccompagna jusqu’au portail et il prit congé d’elle. Elle revint au salon, près de sa sœur.
– J’ai une de ces faims, dit-elle en se dirigeant vers la cuisine. Tu veux manger quoi ?
– J’ai pas faim !
   Elle passa sa tête par l’entrebâillement de la porte.
– Tu n’as rien mangé depuis hier je te signale !
– Je n’ai pas faim je te dis…
– Tout compte fait je vais me chercher une pizza en ville et toi tu vas venir avec moi.
– Non je ne veux pas sortir ! déclama Alexine.
– Tu vas te lever et m’accompagner où je vais te traîner par la peau des fesses !
– Comment tu fais toi ? demanda Alexine alors que sa sœur s’apprêtait à monter les marches.
     Elle se retourna vers sa jumelle.
– Comment je fais quoi ?
– Tu fais comme si de rien n’était. Comme si cette situation ne t’affecte en rien…
     Alexia inspira profondément et revint s’agenouiller devant sa sœur.
– Écoute Alexine, cette situation m’affecte autant que toi. À chaque fois que je pense à ce que Joël nous a fait la seule envie que j’ai est de lui arracher les couilles et de les lui faire manger. Et j’y arriverai mais pas en me morfondant. Aucun garçon ne me fera plus pleurer, surtout pas lui.
– C’est facile à dire mais c’est trop dur de faire semblant d’aller bien alors que rien ne va. Regarde-moi ! J’ai couché avec le mec de ma sœur jumelle et je suis enceinte à 17 ans. J’ai trompé mon mec avec son meilleur ami. Je n’ai plus de vie Alexia. Je n’ai plus de raison de vivre.
– Ne dis pas de bêtises Lexie ! la sermonna sa sœur. Ta vie ne se résume pas qu’aux mecs. Tu as fait une bêtise mais ce n’est pas une raison pour tenter de suicider. Tout le monde commet des erreurs, l’essentiel c’est d’apprendre de ses erreurs pour qu’elles ne se reproduisent pas. Si tous ceux qui ont commis des erreurs se sont ôtés la vie, on ne serait même pas là parce que maman se serait suicider dès sa jeunesse. Tu n’es ni la première, ni la dernière et ce n’est pas la dernière fois que tu commets une erreur mais la vie suit son cours.
    Alexine serra très fort sa jumelle dans ses bras.
– Je t’aime Alexia !
– Je t’aime aussi petite sœur et je ne te laisserai jamais tomber. Jamais. Maintenant viens te changer et allons chercher à chercher cette pizza.
    Elle se leva et suivit sa sœur à l’étage.
                            ★ ★ ★
– Je me sens coupable ! Voilà ce qu’il y a ! Mais je ne peux pas renier mes sentiments pour toi. Finalement je ne suis pas mieux que Jessy…
    Jenna soupira et baissa la tête.
– Tu vas rester là à manger sans rien me dire ?
    Albert se figea.
– Albert je crois que je suis amoureuse de toi ! déclara-t-elle. Voilà je te l’ai dit maintenant.
– Shut ! répondit Albert en regardant en direction de la porte.
– Je viens de te dire que je suis amoureuse de toi et toi en guise de réponse tu me demandes me taire ?
   Jenna ramassa son sac à main et se leva, folle de rage.
– Avec toi je me sens trop vulnérable et c’est horrible. Je ne veux plus jamais ressentir. Je ne veux plus jamais te voir Albert.
– Eh ben dis donc ! Quelle déclaration ! s’exclama Alexia en applaudissant.
    Jenna fit volte-face.
– Je crois que nous ayons une discussion tous les quatre, décréta Alexine.
    Elle dépassa Jenna et s’assit sur la banquette en face d’Albert.
– Viens t’asseoir s’il te plaît Jenna, dit-elle d’une voix calme à sa meilleure amie.
    Alexia s’assit à côté de sa jumelle et Jenna n’eut d’autres choix que de s’asseoir près d’Albert.
– Si j’ai bien suivi la déclaration de Jenna, elle est amoureuse de toi et toi aussi tu éprouves des choses pour elle apparemment.
– Non ce n’est pas…, tenta de protester Albert.
   Mais Alexine l’interrompit en levant la main.
– Je te connais Albert. Tu ne peux pas nier que tu as des sentiments pour elle. Il suffit de voir comment tu la regardes pour comprendre. Tu es un gars bien et je ne te mérite pas. Alors j’espère que tu seras heureuse avec elle et que tu prendras soin d’elle parce qu’elle compte beaucoup pour moi.
   Elle tendit la main et serra de Jenna, qui avait posé ses coudes sur la table.
– Et toi je ne t’en veux pas Jenna ! Il faudrait ne pas avoir de cœur pour ne pas tomber amoureuse d’un gars comme Albert. Les événements de ces derniers jours m’ont fait comprendre que la vie n’est pas toujours comme on la veut et qu’il faut s’adapter quelque soit la situation. Jenna si j’étais toi je retirerai mes mots.
   Elle se leva et leur sourit.
– Sans rancunes ? demanda-t-elle à Albert en lui tendant la main.
    Ce dernier se leva et, contre toute attente, la prit dans ses bras. Après ce fut le tour de Jenna de la serrer dans ses bras.
   Alexia se leva et se dirigea vers le comptoir pour passer sa commande. Sa sœur vint la rejoindre alors qu’Albert et Jenna étaient en pleine discussion.
   Elles patientèrent quelques minutes et leur commande arriva. Après un dernier signe d’adieu elles sortirent. Alexia ouvrit la portière et s’assit derrière le volant. Alexine s’assit à son tour et soupira bruyamment.
– C’était vraiment courageux ce que tu viens de faire, dit Alexia à sa sœur en prenant sa main dans la sienne.
– C’était surtout la meilleure chose à faire, répondit-elle en souriant tristement.
    Elle essuya une larme sur sa joue.
– Rentrons à la maison s’il te plaît, fit-elle en essuyant son visage.
                            ★ ★ ★
– Tu es sûr que ça va ? demanda Jacqueline à sa sœur pour la énième fois de la journée.
– Oui oui tout va bien, répondit Joël, une fois de plus.
– Non mais je te connais assez pour savoir si ça va ou pas alors arrête de me dire que tout va bien ! Qu’est-ce qui te tracasse dis-moi, demanda-t-elle d’une voix presque maternelle en s’asseyant près de son frère.
   Joël soupira longuement et se mordit la lèvre inférieure. Jacqueline se tendit instantanément. Elle connaissait son frère par cœur et connaissait aussi bien ce tic nerveux qu’il faisait quand il a fait une grosse bêtise. Elle le regarda, inquiète.
– Qu’est-ce que tu as encore fait Joël ? demanda-t-elle, enfin.
   Joël soupira de nouveau.
– C’est rien c’est juste qu’Alexia veut passer la journée avec sa sœur et elle me manque. Et aussi je m’inquiète pour Alexine parce qu’elle a essayé de se suicider hier.
– Quoi ? ! s’exclama Jacqueline, choquée. Mais pourquoi a-t-elle essayé de faire ça ?
– Je l’ignore Jacqueline, je l’ignore.
   Il se mit à faire les cent pas dans le salon.
– Arrête de tourner en rond et essaie de te calmer s’il te plaît !
   Joël ignora sa sœur et monta dans sa chambre. Cette dernière prit le téléphone de son frère et composa le numéro d’Albert. Il se passait un truc avec son frère et elle devait savoir quoi. Et pour obtenir ce genre d’informations il n’y a personne de mieux placée qu’Albert. Ce dernier rejeta l’appel. Elle réessaya mais sans plus de succès que la première fois. Elle se mit à fouiller dans le WhatsApp de son frère à la recherche d’un quelconque indice pouvant lui donner une idée de ce qui le tracasse. Après quinze minutes de vaines recherches, elle se résigna et deposa le téléphone sur la table. Au même moment Albert rappelait. Elle décrocha tout de suite.
– Allô mec c’est comment ? demanda Albert.
– C’est Jacqueline !
– Ah Jacquie ça va ?
– Oui oui !
– Et ton frère ?
– Je t’appelais pour te parler de lui au fait !
– Il y a un problème ? demanda Albert.
– Apparemment ! Il est très soucieux va savoir pourquoi. Tu as une idée de ce qui peut le tourmenter de la sorte ?
– Aucune idée mais attends-moi j’arrive !
– À tout de suite !
   Elle raccrocha et monta dans sa chambre prendre une douche. Quand elle entendit la sonnerie du portail, elle noua une serviette autour de la poitrine et descendit les marches par quatre. Elle ouvrit le portail et découvrit Albert, en pleine discussion téléphonique. Il retira l’appareil de son oreille et siffla en examinant Jacqueline de la tête au pied. La serviette, mal nouée, laissait voir ses fines jambes et une partie de sa délicate poitrine.
– Il est dans sa chambre, dit Jacqueline, gênée par le regard d’Albert.
   Jacqueline a toujours eu un faible pour Albert mais ce dernier la considérait comme sa petite sœur et non comme une potentielle petite amie.
   Albert entra dans la maison et Jacqueline referma la porte. Ayant déjà attiré l’attention d’Albert, elle décida de mettre toutes les chances de son côté. Elle poussa un cri strident qui fit sursauter Albert et elle courut dans ses bras.
– Qu’y t-il Jacqueline ? demanda Albert en état d’alerte.
– Un lézard ! Un lézard m’a marché sur le pied, cria-t-elle en piétinant.
    Albert éclata de rire.
– Calme-toi ce n’est qu’un lézard, essaya de la raisonner Albert.
– J’ai horreur de ces bestioles ! Je les hais !
– C’est bon ça va. Il est parti maintenant, lui susurra-t-il en la serrant dans ses bras.
    Albert l’emmena à l’intérieur en la gardant serrée contre lui comme un bébé. Ils entrèrent dans le salon.
– Il se passe quoi là ? demanda Joël.
   Jacqueline sursauta et sa serviette se glissa sur le sol, la laissant toute nue en spectacle à Albert.
– Tu vas traumatiser ta sœur mec, fit Albert en gardant les yeux rivés sur la délicate poitrine de Jacqueline.
   Il ramassa la serviette et la noua autour d’elle et se tourna vers son meilleur ami. Jacqueline, morte de honte, courut dans sa chambre pour ne plus en sortir.
– Ça va mec ? demanda Albert à son pote en voyant sa mine inquiète.
– Pas vraiment, répondit Joël en s’asseyant dans un fauteuil.
    Albert s’assit à côté de son ami.
– Des soucis avec Alexia ?
– Il y a pire que ça mec !
    Il baissa la tête et soupira.
– J’ai couché avec Alexine mec, lâcha-t-il enfin en levant la tête.

9 commentaires sur “Plan X 2.0 (Part X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *