Plan X 2.0 (Part IX)

– C’est bon fais pas ta jalouse, dit-elle à sa sœur en se tournant vers elle.
    Elle la serra dans ses bras et lui chuchota à l’oreille.
– Il ne doit pas savoir que je suis au courant comme ça ma vengeance sera parfaite.
    Alexine sourit en entendant les propos de sa sœur.
– Je monte dans ma chambre, annonça Alexine quand sa sœur desserra son étreinte.
    Elle monta les marches et Albert la suivit.
– Il faut que je te parle Albert, lui dit-elle une fois dans sa chambre.
    Albert se gratta le front.
– D’accord je t’écoute ! répondit-il.
– Non pas tout de suite. Je sais que je te dois des explications mais pour le moment je suis épuisée et perdue. J’ai besoin de faire le point.
– Je vois. Bon je te laisse te reposer…
   Il sortit de la chambre rejoindre les autres en bas. Alexia était assise sur les genous de Joël et Jenna piannotait nerveusement le clavier de son téléphone.
– C’est bon on y va ! fit Albert en tendant la main à Jenna.
    Elle la saisit et se leva.
– Dis donc ! s’exclama Alexia. Vous êtes devenus vraiment proches tous les deux !
   Jenna hésita un moment puis répondit.
– Le mec de ma meilleure amie est aussi mon meilleur ami !
    Elle sourit largement.
– J’espère bien ! répondit Alexia, d’un ton plein de sous-entendus.
   Le sourire de Jenna se figea et elle sortit du salon sans un mot de plus.
– Tu veux faire quoi aujourd’hui ? demanda Alexia à Joël.
– Je ne sais pas trop toi tu veux faire quoi ?
– Euh…, hésita-t-elle. Tout compte fait je vais rester à la maison pour tenir compagnie à Alexine.
– Et vous allez faire quoi ? demanda Joël, un peu déçu.
– On va bavarder, se faire des masques de beauté et tout ça !
– Des masques de beautés ? s’enquit Joël, confus. Pour quelle raison ?
– Toutes les filles qui le peuvent le font c’est sûr ! répondit Alexia en agitant les mains comme s’il s’agissait d’une vérité absolue. Un masque pour les cheveux, pour les entretenir et les nourrir, un pour le visage pour des tas de raisons.
– Oui mais vous n’allez pas faire ça toute la journée n’est-ce-pas ? demanda-t-il plein d’espoir.
– Non quand même pas ! Vers midi le masseur de ma mère va venir nous masser. Et l’après-midi on va faire du shopping. Le soir on ira au restaurant.
– Je vois que tu as tout prévu dans les moindres détails !
– Oui ! Ces deux dernières semaines on s’est beaucoup éloignées Alexine et moi et je veux rattraper le temps perdu. Si j’avais été là pour elle ces derniers temps elle n’aurait pas tenté de se suicider. Même si elle refuse de me dire ce qui la pousser à faire ça, je ne veux plus la laisser toute seule.
– C’est très bien ! répondit Joël avec un léger sourire. Amusez-vous bien dans ce cas !
– Tu n’es pas jaloux j’espère !
– Non je te comprends parfaitement et je trouve que c’est une très bonne initiative !
– Merci chéri ! répondit Alexia en l’embrassant.
   Elle descendit de ses genous et Joël se leva.
– Je t’appelle plus tard ? s’enquit-il.
– Non je t’appelerai moi-même ! répondit Alexia avec un sourire malicieux.
    Joël sortit enfin du salon et elle soupira, exaspérée de devoir trouver des excuses pour éviter le garçon qu’elle avait aimé. Tout en lui la dégoûtait à présent mais elle devait faire semblant pour concocter sa vengeance. Et pour ça elle avait besoin de sa sœur même si elle ne voulait pas lui parler.
    Elle monta les marches et se dirigea vers la chambre de sa sœur.
– Tu es là ? demanda-t-elle en passant sa tête par l’entrebâillement de la porte.
    Alexine, surprise, essaya sans succès de cacher le test de grossesse qu’elle tenait à la main.
– Attends tu fais quoi avec ce truc ? demanda Alexia en fronçant les sourcils.
– J’ai… J’ai pas eu mes règles ce mois-ci…, balbutia Alexine.
– Quoi ? ! s’exclama-t-elle. Tu ne prends plus de pilules ?
– Non…, marmonna sa sœur, contrite.
    Alexia lui arracha le test de la main et regarda sur le petit écran.
– Je ne l’ai pas encore utilisé, lui dit Alexine.
– Fais-le ! ordonna-t-elle en lui tendant le test.
   Alexine le prit et alla dans la salle de bain. Elle revint cinq minutes après en tendant le test à sa jumelle. Elle se coucha et se recroquevilla.
– Qu’est-ce que je vais faire maintenant ? demanda-t-elle en essuyant les larmes qui commençaient à couler sur son visage.
   Alexia, malgré sa bouche grande ouverte n’émit aucun son.
– À 17 ans j’ai couché avec le mec de ma sœur et je suis enceinte. Et le pire c’est que je ne sais même pas qui est le père.
– Regarde le bon côté des choses ! lui dit Alexia.
– Parce qu’il y a un bon côté dans cette histoire ? s’enflamma Alexine.
– Oui tu pourras passer dans l’émission »17 ans et enceinte » sur MTV sauf qu’au lieu d’un père pour ton bébé, il te faudra jongler entre deux. C’est génial non ?
   Alexine éclata en sanglota de plus belle.
– La prochaine tu réfléchiras par deux fois avant de coucher avec un mec qui te dit du mal de moi, cracha-t-elle.
    Elle lui jeta son test à la figure et sortit de la chambre par la porte qu’elles avaient fait faire entre de leurs deux chambres. Elle revint quelques minutes, habillée et prête à sortir.
– Attends-moi ici je reviens dans quelques minutes je reviens ! dit-elle à Alexine avant de sortir.
    Elle descendit au salon, s’assit et sortit son téléphone. Elle hésita un moment puis composa le seul numéro auquel elle avait pensé pour sortir sa sœur de cette galère.
– Allô Adèle c’est Alexia !
– Ah salut Alexia ça va ? répondit Adèle à l’autre bout du fil.
– Pas vraiment ! Tu te souviens du médicament que tu m’avais filé pour…
– Oui oui je m’en souviens très bien comment oublier ! Tu es encore enceinte ?
– Non non ! Rassure-toi ! C’est ma sœur qui en a besoin. Tu peux m’en trouver ?
– Tu parles à qui ? demanda Alexine qui vient de sortir de sa chambre.
    Elle leva la main, lui signifiant de se taire.
– Bien sûr ! Tu le veux pour quand ? demanda Adèle.
– Tout de suite !
– D’accord je serai là dans 30 minutes !
– Merci.
   Alexia raccrocha et porta son attention sur sa sœur.
– C’était celle qui va te sauver !
– Elle va venir te convaincre de me pardonner ?
– Non ! répondit Alexia d’une voix tranchante.
– Alors elle ne me sauve en rien ! répondit Alexine d’une voix lasse. Tout ce que je veux c’est que tu me pardonnes.
– Alors tu n’es pas sortie de l’auberge !
   Elle se leva, prête à quitter le salon mais Alexine lui bloqua le passage.
– Alexia je suis sincèrement désolée. Joël m’a manipulée ! Il m’a racontée une histoire qui était…plutôt cohérente avec des preuves à l’appui et comme j’hésitais il m’a fait écouter ceci…
   Elle sortit son téléphone et lui fit écouter la note vocale qu’elle avait pris dans le téléphone de Joël. Elle le coupa à l’endroit exact où il l’avait coupée.
    Alexia se souvint de ses propos. Ce jour-là Joël faisait semblant de ne pas prêter attention à ce qu’elle disait. Il semblait occupé sur son téléphone. Elle autre avait abusé d’un vin rouge qu’ils avaient ce soir-là et alors, bavardait beaucoup.
– Répète exactement ce qu’il t’a dit ! lui ordonna Alexia.
    Alexine répéta au mot près ce que Joël lui a dit en y ajoutant ce qu’elle a pensé et ressenti dans ces moments.
– Maintenant repasse la note vocale ! dit Alexia à la fin du récit.
   Alexine obtempéra.
– Waoh ! s’exclama-t-elle, choquée par la cohérence des propos de Joël.
    Elle se laissa tomber dans le fauteuil le plus proche. Tout était devenu tellement clair dans sa tête. Joël avait été tellement convaincant que même elle serait tombée dans le piège sans s’en rendre compte.
– Viens là ! chuchota-t-elle en faisant signe à sa sœur de s’approcher.
    Elle la serra très fort dans ses bras et elles se mirent toutes deux à pleurer.
– Je suis désolée d’avoir douté de toi Alexia ! Je suis désolée d’avoir pensé du mal de toi.
– Tu aurais dû m’en parler Lexie ! Je t’aurais montrée que c’était un pur mensonge. Il s’est montré vraiment ingénieux. Même moi à ta place je serais tombée dans son piège…
   Elle se tut et étreignit plus fort sa sœur.
   La sonnerie du portail les tira de leur moment de tendresse.
– Tu attends de la visite ? demanda Alexia.
– Euh non !
   Alexia sortit ouvrir la porte et à sa grande surprise c’était Adèle.
– Tu es en avance, remarqua-t-elle en embrassant son amie.
– Oui il se trouve que j’étais dans le coin et que j’avais ce qu’il fallait à portée de main.
– Ah okay ! Entre ! l’invita Alexia.
– Non je suis assez pressée alors je préfère pas ! répondit Adèle, nerveuse.
– D’accord attends ici je vais te chercher l’argent !
    Alexia prit le médicament. Elle courut à l’étage chercher son portefeuille. Mais à son retour Adèle n’était plus devant la porte. À sa place un jeune homme plutôt costaud était en train de passer un appel. Il coupa l’appel quand il vit Alexia.
– Bonjour mademoiselle !
– Bonjour ! En quoi puis-je vous aider ?
– Vous n’auriez pas vu une jeune fille qui portait une jupe taille haute et des talons par hasard ?
– Vous voulez parler d’Adèle ?
– Exactement !
– Elle était censée m’attendre ici mais je ne l’ai plus retrouvée. Pour quelle raison vous la cherchez au fait ? demanda-t-elle soudain méfiante.
– C’est mon ex ! répondit le jeune homme. Je dois lui parler mais elle m’évite depuis.
– Et vous pensez qu’en la suivant comme un obsédé elle va accepter de vous parler ?
– Vous marquez un point ! Bon je vais vous dire la vérité.
   Il remarqua le médicament dans la main d’Alexia.
– C’est elle qui vous a donné ça ? demanda-t-il, soudain furieux.
– Cela ne vous regarde en rien !
– Écoutez cette fille a vendu de faux médicaments à ma sœur pour la faire avorter. Alors si c’est dans ce but qu’elle vous a vendu le votre ou dans n’importe quel autre but ne le prenez pas s’il vous plaît. Ma sœur a passé deux semaines à l’hôpital et maintenant elle ne va peut-être plus pouvoir accoucher. Il faut que quelqu’un l’arrête !
– Elle s’appelle comment votre sœur ?
– Francine ! Elle est en Première à St. Joseph. Une fille assez élancée, teint noir.
– Elle va mieux ?
– Oui par la grâce de Dieu !
– Très bien je peux lui parler ? Il me semble que je la connais.
– Si vous voulez !
   Il sortit son téléphone chercha le numéro de sa sœur et le tendit à Alexia. Cette dernière prit le numéro et l’enregistra dans son propre téléphone.
– C’est qui l’auteur de sa grossesse ?
– Elle n’a pas voulu me le dire. Elle prétend ne pas le savoir mais si j’attrape ce fils de chien il va me le payer très cher.
    Alexia se souvint avoir vu des messages d’une certaine Francine dans le téléphone de Joël.
– Je crois pouvoir vous aider sur ce coup là ! répondit Alexia, en arborant un sourire maléfique.
– Vous êtes sérieuse ?
– Oui très sérieuse ! Au fait moi c’est Alexia ! fit-elle en tendant la main.
– Enchanté Alexia, moi c’est Rémi ! répondit le jeune homme en serrant la main d’Alexia.
– Tu veux entrer un moment qu’on parle plus calmement ?

14 commentaires sur “Plan X 2.0 (Part IX)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *