Plan X 2.0 (Part VI)

    Il remonta son pantalon et l’emmena vers le lit. Il la coucha dessus et lui retira son short, laissant voir sa petite culotte assortie à son soutien. Joël caressa l’intérieur de ses cuisses, de ses genous à sa féminité. Il l’embrassa à travers le fin tissu de coton déjà mouillé. Il fit glisser cette petite barrière de tissu, qui l’empêchait d’atteindre sa terre promise, sur le sol. Il remonta pour l’embrasser pendant qu’il décrivait avec sa paume des petits cercles sur son clitoris. Alexine gémit contre sa bouche. Il abandonna ses lèvres pour s’attaquer à ses tétons, la main toujours sur son abricot. Il lui mordilla tour à tour les tétons tout en les caressant. Alexine gémit de plus belle en lui caressa la tête. Joël frotta son clitoris avec son index, lui arrachant de nouveaux gémissements plus aiguës que les premiers. Il glissa deux doigts en elle et Alexine s’arrêta de respirer. Il arqua ses doigts et commença à aller et venir en elle. Alexine se cambra et s’agrippa aux draps, ne pouvant plus contrôler ses gémissements. Joël s’arrêta un moment et aplatit sa langue sur son clitoris. Il se mit à la lécher tout en remuant ses doigts en elle. Il retira sa langue de son clito et le remplaça par son pouce. Il enfonça ses doigts en elle puis se mit à titiller son clito avec son pouce. Alexine, au bord de l’orgasme, poussa un cri strident. Son bassin fut secoué de puissants soubresauts et elle jouis en poussant un cri aigu, les mains sur ses seins.
   Elle s’affaissa, vidée de toute énergie. Joël sourit à son tour et l’embrassa pour qu’elle sente le goût de sa jouissance. Alexine profita de cette petite pause pour glisser sa main dans son pantalon. Prêt à repartir à l’assaut, il se leva et retira son pantalon. Alexine se mit à quatre pattes et l’attendit patiemment. Joël caressa avec son gland la fente humide et fraiche de sa partenaire. Il le passa à travers et lui titilla le clitoris avec.
– Qu’est-ce que tu veux que je te fasse Alexine ? demanda-t-il, d’une voix rauque.
– Prends moi Joël ! Sans réserve ! Je veux te sentir tout en moi.
   Joël sourit, satisfait de cette réponse. Il s’introduisit enfin en elle et Alexine l’accueillit avec un soupir de soulagement. Il lui caressa les flancs avant de commencer à aller et à venir en elle.
                            ★ ★ ★
    Albert et Jenna, devenus inséparables depuis leur retour de la virée à Kpalimé, décidèrent de passer leur vendredi après-midi ensemble.
– Tu veux aller où ? demanda Albert.
– Je ne sais pas. C’est toi qui connais les coins branchés de Lomé. Tu me proposes quoi ?
– Hummm ! Le temps est un peu doux cet après-midi, je connais une petite piscine tranquille dans un restaurant près de la plage. Ça te dit ?
   Jenna fit une moue.
– C’est un coin sympa et si ça ne te plait pas on trouvera autre chose !
– D’accord je suis partante ! Je vais chercher mes affaires et on y va ?
– D’accord pendant ce temps je vais réfléchir à l’endroit où je peux m’acheter un maillot parce que j’ai la flemme de passer à la maison.
   Jenna se leva et courut dans sa chambre chercher ses affaires. Albert reporta son attention sur une émission de télé-réalité. Dix minutes plus tard, Jenna revint avec un grand sac de voyage.
– J’ai réussi à te dégoter un short pour la piscine !
   Elle ouvrit le sac et en sortit un short bleu.
– Tiens ! Essaie le, dit-elle en le lui lançant.
   Albert l’attrapa et retira son pantalon. Il mit le short et quand il leva la tête, Jenna était toute nue devant lui. Il déglutit en voyant cette pure merveille du Créateur Céleste devant lui. Sa verge réagit lui aussi et une bosse se dessina à travers son short. Jenna fit mine de ne pas remarquer le regard d’Albert et sortit la petite culotte de son bikini du sac. Elle l’enfila et se tourna vers Joël.
– Tu sais mon père a fait installer une grande baignoire dans sa chambre mais il ne vient jamais. Elle assez grande pour qu’on y tienne tous les deux !
– Mais…, je…, je croyais que tu voulais qu’on aille à la piscine ! balbutia-t-il, en faisant un gros effort pour détacher ses yeux des seins de Jenna.
– Non c’était ton idée ! rétorqua cette dernière. Moi je voulais juste passer du bon temps avec toi parce que j’aime ta compagnie !
   Elle fit comme si elle venait de remarquer qu’elle était à moitié nue et se couvrit les seins en croisant les bras dessus. En voyant le regard incrédule d’Albert, elle désista.
– Oublie ce que je viens de dire ! C’était une idée stupide !
    Elle ramassa sa robe qu’elle avait laissé sur le sol et l’enfila frénétiquement.
– On y va ? demanda-t-elle avec un sourire triste.
    Albert ne répondit pas.
– Albert ? l’appela Jenna.
   Il sursauta, tiré de sa rêverie.
– Écoute je suis vraiment désolé mais les choses ne sont pas aussi simples et tu le sais aussi bien que moi. Je suis le mec de ta meilleure amie et je…
– Non non tu n’as pas à t’excuser, l’interrompit Jenna. Il faut juste que j’apprenne à me maîtriser. Mais c’est difficile quand tu es tout le temps près de moi !
    Elle soupira et se passa une main tremblante dans les cheveux.
– Je crois que ce serait plus raisonnable si on ne se voit plus toi et moi, conclut-elle d’une voix faible.
   Elle baissa la tête.
– Je veux que tu t’en ailles pour nous éviter le pire à tous les deux ! dit-elle quand elle releva la tête.
– Je…, je te comprends !
   Il retira le short et gêné par son érection, fit dos à Jenna pour remettre son pantalon. Elle alla lui ouvrir la porte et attendit qu’il sorte.
– Je suis désolé, dit-il de nouveau en arrivant à son niveau.
– C’est moi qui suis désolée de ne pas pouvoir être qu’une simple amie.
    Albert retira la main de Jenna, de la poignée de la porte, et la referma. Elle prit ses deux mains dans les siennes et la regarda dans les yeux.
– Regarde-moi Jenna ! lui ordonna-t-elle.
    Jenna qui ne se laissait jamais intimider, leva vers lui un regard timide.
– Écoute chaque fois que je suis près de toi, je fais une lutte intérieure acharnée pour ne pas te sauter dessus. Chaque fois que tu es près de moi la seule chose dont j’ai envie est d’étendre ton corps sur la première surface plane qui se présentera, te couvrir  avec de la crème et te lécher. Je veux sucer ton sexe, je veux le pénétrer. Je veux entendre tes gémissements, tes doux halètements et tes couinements lorsque tu approcheras l’orgasme. Je n’ai jamais ressenti d’envie aussi forte en présence d’une fille et crois-moi c’est pas facile de me maîtriser mais je le fais malgré moi. Mais le fait de te voir si vulnérable et si triste en ce moment… Je ne peux plus te résister, je n’en ai plus la force.
    Il ramena son corps contre le sien en la saisissant par la taille. Il l’embrassa avec une telle fougue qu’elle en eut le souffle coupé. Il glissa les bretelles de sa robe de ses épaules. Il déposa de petits baisers, çà et là, de son épaule à son cou. Elle gémit tout doucement et caressa le dos musclé d’Albert à travers sa chemise. Albert fit tomber sa robe, laissant ses seins à nus. Il posa ses mains dessus et les caressa sensuellement. Il recommença à l’embrasser tout en décrivant des cercles sur ses tétons. Jenna gémit contre sa bouche. Ne pouvant plus se retenir, elle commença à déboutonner sa chemise. Elle glissa la chemise sur le sol et s’attaqua à son jean. Elle défit le bouton et descendit la fermeture éclair. Albert dénoua les nœuds de son bikini et elle se retrouva toute nue. Il enleva à son tour son jean et l’emmena vers la table à manger. Il lui fit poser ses deux mains sur la table, lui souleva une jambe et, sans plus de cérémonie, s’introduisit en elle. Il commença à la pilonner violemment, provoquant les gémissements de Jenna. Il lui pressa les seins tout en continuant de cogner en elle. Jenna tendit une main derrière pour caresser sa cuisse mais il ramena sa main sur la table. Il passa une main autour de son ventre et se pencha un peu plus sur elle. Quand il fut sur le point d’éjaculer, il se retira et la retourna. Il saisit sa tête et l’obligea à s’agenouiller. Elle obtempéra sans opposer de résistance. Albert astiqua son engin et lui aspergea le visage de son sperme. Jenna l’attrapa et lécha le bout comme une actrice de porno.
– Dis donc ! s’exclama-t-elle. Tu as été rapide.
– C’est toi qui me fait cet effet. C’est la première fois que ça m’arrive mais je compte bien me rattraper. Viens là que je te fasse jouir, dit-il en l’aidant à se relever.
    Il la souleva et la déposa sur le table.
– Attends !
Elle prit un torchon sur la table et s’essuya le visage. Ensuite elle écarta les jambes, en invitation. Albert y plongea la tête sans hésiter.
                            ★ ★ ★
   Après leur troisième tour, Joël s’écroula près d’Alexine et ils s’endormirent tous les deux. La sonnerie du téléphone portable d’Alexine les tira de leurs sommeils, une heure de temps après. Elle grogna et descendit du lit chercher son téléphone.
– Allô ? répondit-elle d’une voix ensommeillée.
– Tu es où chérie ? demanda sa mère.
– Euh chez Albert maman, mentit-elle en se tournant vers Joël qui la regardait.
– D’accord mais ta sœur et toi tâchez d’être là avant notre départ. Au plus grand tard 20h d’accord ?
– D’accord maman ! À toute à l’heure !
– Bisou !
   Elle raccrocha et regarda l’heure.
– Il est 17h13 je crois qu’il faut qu’on rentre Joël. Mes parents ont décidé d’aller passer les fêtes de fin d’année en amoureux à Paris, alors ils veulent que nous soyons là avant leur départ.
   Elle ramassa ses affaires éparpillées çà et là dans la chambre et s’habilla. Joël fit de même et ils quittèrent la maison.
– Je suis sûre que je peux encore te faire éjaculer, lança Alexine alors qu’ils étaient à la recherche d’un taxi.
– Allons vérifier ça à la maison, répondit Joël avec un sourire pervers.
   Il stoppa le premier taxi vide qui se présenta et fit monter Alexine. Il monta à son tour et le taxi les ramena à la maison. Joël retrouva, avec une certaine satisfaction, une maison vide et emmena Alexine directement dans sa chambre pour la voir relever le défi qu’elle lui avait lancée.
    Une heure de temps après, ce fut le téléphone de Joël qui les tira de leurs sommeils cette fois-ci. Il décrocha.
– Allô bébé tu es où ? demanda Alexia.

Paul Bernard AMGL

12 commentaires sur “Plan X 2.0 (Part VI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *