Plan X (Part XXXV)

     Jenna resta là, hébétée, à les regarder s’embrasser. Elle revint s’asseoir la bouche entrouverte à regarder Alexia et son mec s’embrasser. Joël salua ensuite son meilleur pote et Alexine.
– Comment allez-vous les deux tourtereaux ?
– Ça va tranquille gars ! Et toi bien ?
– Bien !
– Bébé tu veux t’asseoir avec nous ? s’empressa de demander Alexia.
– Non désolé je suis venue payer de la glace pour Jacqueline donc il ne faut pas que je traine sinon elle risque de s’endormir.
– Ah d’accord je vois, répondit Alexia en se levant.
– Bon je vous laisse, il faut que j’y aille ! Albert on s’attrape.
      Ignorant complètement Jenna, Joël s’éloigna sans lui dire un mot de plus.
– Attends bébé j’ai un truc à te dire mais je ne voulais pas le faire au téléphone.
      Elle suivit son mec qui s’éloigna avec elle du groupe. Elle le suivit jusqu’au parking. Une fois devant la voiture de Joël, elle l’embrassa sensuellement pour lui annoncer la couleur de ce qu’elle avait à lui dire.
– Prépare-toi bébé ! Demain tu auras tout ce que tu as toujours voulu ! lui susurra-t-elle à l’oreille.
      Joël jeta un rapide coup d’oeil aux alentours pour s’assurer qu’ils étaient seuls puis plongea sa main dans son short tout en l’embrassant.
– Je te donne un aperçu de ce qui t’attends demain, lui susurra-t-il à son tour à l’oreille tout en caressant son entrejambe à travers sa culotte.
      Cette dernière ferma les yeux et s’agrippa à lui pour ne pas perdre l’équilibre.
– Les autres doivent t’attendre, dit Joël, tirant Alexia de sa rêverie.
– Salut Jacqueline de ma part ! À demain.
    Elle s’éloigna avant même que Joël ne pût répondre. Elle rejoignit le groupe et se rassit à sa place à côté de Jenna. Remarquant la tête que fait son amie elle lui demanda.
– Jenna ? Ça va ?
– Mais pourquoi tu ne m’as rien dit ? s’emporta Jenna.
     Une grande déception mêlée de colère se lisait dans sa voix.
– Mais tu t’es précipitée sur lui avant même qu’on ne puisse voir qui c’est ! répondit Alexia. Vraiment désolée !
– Vous vous êtes appropriées tous les beaux mecs de la ville toi et ta soeur.
– Il n’y a pas qu’eux deux dans la ville, répondit Alexine. Sois patiente Jenna. Tu trouveras ton bel inconnu au club comme tu sais si bien les dégoter.
– Compte bien sur moi pour ça ! répondit Jenna avec un sourire malicieux. Bon on y va ? Je suis crevée.
– Déjà ?
– Oui tout cet amour et tous ces bécots ont eu raison de moi. Ma détermination en a pris un coup. Et puis demain je dois faire les boutiques toute la journée.
– C’est bien toi ça ! fit Alexine. Bon on y va alors !
     Ils se levèrent et se dirigèrent vers la sortie pendant que Jenna réglait l’addition. Albert reprit le volant, direction chez les Amorin.
– Tu veux que je te dépose ? demanda Jenna à Albert une fois devant chez les jumelles.
– Ce ne serait pas de refus, répondit gentiment celui-ci.
      Il dit un rapide bonne nuit silencieux à sa copine.
– On se voit demain mes chéries ! dit Jenna aux jumelles.
– Bonne nuit Jenna ! répondirent les jumelles en choeur.
    Albert redémarra la voiture.
– Conduis doucement Albert, rien ne presse, lui dit Jenna une fois qu’ils eurent quitté la rue des jumelles.
    Elle alluma le plafonnier. Et éteignit la climatisation.
– J’ai chaud d’un coup, fit-elle en se ventilant avec sa main.
        Elle écarta légèrement les jambes, laissant voir sa culotte. Elle défit quelques boutons de sa chemise, laissant découvrir sa gracieuse poitrine qui se soulevait au gré de sa respiration. Albert lui jeta un rapide coup d’oeil et déglutit.
– Bah rallume la clim’ ou baisse la vitre, balbutia-t-il nerveusement.
     Jenna fit semblant de ne pas l’entendre et se mit à se caresser l’entrejambe à travers sa culotte. Albert tendit la main pour rallumer la climatisation mais Jenna intercepta sa main pour la glisser dans son entrejambe. Il retira vivement sa main comme s’il venait d’être brûlé par le feu.
– Jenna s’il te plaît arrête ça et laisse moi conduire !
– Je sais que tu en as autant envie que moi alors laisse-toi faire, Alexine n’en saura rien !
      D’une main experte elle déboutonna le pantalon d’Albert et y plongea sa main. Albert s’agrippa au volant comme s’il avait peur qu’il lui échappe. Il ralentit, se gara sur le trottoir, retira brutalement la main de Jenna de son pantalon, reboutonna son pantalon et sortit de la voiture, fou de colère. Il avança à grands pas sur le trottoir à la recherche d’un taxi-moto. Jenna sortit à sa poursuite.
– Albert reviens s’il te plaît !
     Ce dernier fit mine de ne pas l’entendre et continua à se hâter comme s’il était poursuivie par un diable.
– Albert sois raisonnable, il n’y a pas de taxi-moto sur cette route. Tu ne comptes quand même pas rentrer à pieds à la maison n’est-ce-pas ?
– Eh bien je le ferai si je n’en trouve pas ! Non mais c’est quoi votre problème à toi et à ta soeur ? Tout à l’heure chez Alexine tu te comportais comme la plus saine d’esprit mais la vérité est qu’aucune de vous deux ne l’est. Il y a une heure les actes qu’avait posée ta soeur te dégoûtait et là tu es prête à les répéter ? La trahison vous l’avez héritée génétiquement ou quoi ? Comment avec la carrure de votre père vous vous permettez ce genre de comportement ? C’est vraiment triste ! Vous avez besoin de voir un psy toutes deux.
     Albert avait touché un point sensible car Jenna éclata en sanglots. Il croisa les bras et resta là à la regarder pleurer.
– Désolé Albert, s’excusa-t-elle.  J’ai laissé mes pulsions dominer ma raison. Et je le regrette sincèrement. Alexine est la vraie soeur que je n’ai pas eu la chance d’avoir je ne pourrais jamais me le pardonner si j’avais fait ce que je m’apprêtais à faire. Je ne suis pas comme ma soeur, je suis plutôt celle qui va la ramener dans le droit chemin. Tu dois trouver bizarre le fait que j’ai pleuré suite à tes propos.  C’est parce que à part les jumelles personne n’a osé me parler comme tu l’as fait et j’ai été ému. Tu viens de gagner mon respect. Toi et ton ami, Joël. C’est admirable mais ne me parle plus jamais de la sorte et monte dans cette foutue voiture que je te ramène chez toi.
     Elle monta dans la voiture et attendit qu’Albert se décide à monter à son tour.
– Laisse-moi te montrer à présent comment il faut conduire ce genre de voiture, fit-elle en démarrant en trombe.
     En cinq minutes elle passa à la 4e vitesse. Une main sur le volant l’autre sur le levier de vitesse, elle filait à une allure vertigineuse. Albert lui jeta un coup d’oeil et sourit. Elle remarqua son regard.
– Pourquoi tu souris bêtement ?
– Tu aimes céder aux poussées d’adrénaline à ce que je vois !
– Il n’y a qu’au volant que j’arrive à me défouler alors quand je peux j’y vais à fond, répondit-elle en accélérant. Toi aussi tu aimes ça n’est-ce-pas ?
– Oh oui ! C’est une très bonne sensation ! Ça te dirait qu’on se tape le tronçon Lomé-Aneho avant que tu ne repartes ?
– Une virée nocturne ?
– Oui ! Mais après analyse le tronçon Lomé-Aneho est truffé de dos-d’âne et de rond-points après la reconstruction. Du coup on serait obligé de ralentir par endroit.
– Oui c’est vrai ! Et la chose perdrait sa dose d’adrénaline.
– Mais j’ai une super idée qui va sûrement te plaire ! scanda soudainement Albert comme s’il venait d’avoir l’idée qui allait arrêter toutes les guerres du monde.
      Jenna sourit.
– Vas-y balance ! répondit-elle, conquise par l’enthousiasme d’Albert.
– Une virée à Kpalimé pour le weekend !
– C’est une idée de génie ça ! Il faut absolument que j’appelle les jumelles tout de suite.
     Son téléphone étant branché aux haut-parleurs de la voiture, elle composa le numéro d’Alexine par commande vocale. Celle-ci décrocha tout de suite.
– Allô ?
– Allô Alexine c’est Jenna.
– Tu n’es pas encore rentrée ?
– Non je dépose Albert chez lui et il vient d’avoir une idée géniale.
– Vous attendez quoi pour balancer le jus ? s’impatienta Alexine.
– Un weekend à Kpalimé avec les garçons ! annonça-t-elle solennellement.
– Qui a eu cette idée de génie ?
– C’est ton mec ! répondit Jenna en souriant à Albert.
– Bravo chérie tu viens d’avoir l’idée du siècle. Je vais tout de suite en parler à Alexia et on demandera la permission aux parents.
– Tenez-moi au courant alors ! Je te rappelle quand je serai rentrée.
     Elle raccrocha.
– Vous comptez utiliser quelles voitures vous ?
– Pas des bolides comme la tienne mais elles savent avaler l’asphalte, répondit Albert.
– J’ai trois autres voitures de ce genre dans mon garage.
– Et moi j’ai un pote qui va sûrement te plaire !
                              *         *
                                    *
– On est seuls à présent ! dit Joël en mettant la musique.
– C’est quoi comme chanson ? demanda Alexia en montrant le woofer.
– TGT – Sex Never Felt Better.
– Hmmm ! s’exclama-t-elle. Le titre est déjà évocateur.
     Déjà nue sur le lit, elle lui fit signe de s’approcher. Il avança vers elle, arborant un sourire gourmand. Il s’arrêta au bord du lit et Alexia se leva pour l’embrasser. Elle s’accrocha à lui en l’entourant de ses pieds. Joël la coucha sur le lit mais continua à l’embrasser en lui pelotant les seins. Il lui fit un bisou dans le cou. Elle ferma les yeux au contact de ses lèvres dans son cou. Joël s’attaqua à ses seins et se mit à lui titiller les tétons. Elle émit de petits gémissements, ce qui motiva encore plus Joël. Il glissa sa main entre ses jambes et posa ses lèvres sur son  téton droit. La respiration d’Alexia s’accéléra, son bassin se soulevant au gré des doigts de Joël. Il se mit à la téter tout en bougeant son doigt en elle. Elle ferma hermétiquement les yeux et se mit à caresser la tête de Joël tout en continuant de gémir. Il se fraya ensuite un passage de bisous jusqu’à la féminité d’Alexia. Il passa la langue entre les lèvres de son amande. Elle gémit doucement et tenta de fermer les jambes mais Joël l’en dissuada. À peine eut-il commencé à la lécher qu’elle se mit à crier de plaisir. Joël s’arrêta, la regarda et sourit.
– C’est ma première fois, avoua-t-elle en se couvrant le visage de ses mains.
– Alors il faut absolument que tu en gardes un bon souvenir ! déclara Joël en reprenant son travail.
    Il se mit à lui titiller le clito avec sa langue et à Alexia de gémir de plus belle. Elle s’aggripa au drap comme si elle avait peur de tomber du lit. Au bout d’un moment, n’en pouvant plus, elle l’arrêta et le força à l’embrasser.
– Prends moi maintenant Joël ! supplia-t-elle.
    Joël sourit de nouveau. Il l’embrassa longuement puis s’introduisit en douce en elle pendant qu’il l’embrassait pour étouffer ses gémissements. Elle se détendit en sentant Joël entrer en elle. Puis doucement, patiemment il se mit à la besogner. Elle gémissait au rythme des coups de hanche de Joël. Au bout d’un moment, il la retourna, la plaça à quatre pattes sur le lit puis se réintroduisit en elle par derrière. Il se remit à la cogner en elle. Alexia se mit à crier sous l’effet de son plaisir qui grandissait à chaque coup de Joël. Au bout d’un moment ils crièrent simultanément signalant leurs jouissances respectives. Joël se coucha près d’elle et ils regardèrent le plafond transpirants comme s’ils sortaient vainqueurs d’un cent mètres plat. Après une vingtaine de minutes Alexia se tourna vers Joël.
– Je crois qu’il s’est assez reposé, on doit y retourner, fit-elle en caressant le sexe de Joël qui était déjà prêt à passer à l’assaut.
                              *         *
                                   *
      Jenna lança les clés des deux autres voitures à Albert.
– Tu es prêt ? demanda-t-elle à Carlos en montant dans la voiture.
      Les trois voitures sortirent de la maison. Dans la première Jenna était au volant avec comme compagnon de route Carlos, le cousin des jumelles Amorin, dans la deuxième Albert secondé par Alexine et dans la troisième Joël en compagnie d’Alexia.
– On commence la course à partir de Tsévié ! cria Jenna avant de démarrer en trombe.

××××××××××××× Fin ××××××××××××××

Paul Bernard AMGL ✌

19 commentaires sur “Plan X (Part XXXV)

  1. J’ai aimé mais y’a comme un goût d’inachevé dans ma bouche. Cette histoire est un peu trop à l’eau de rose. Ce n’est pas censé bien finir pr des arracheurs de cœurs. A moins que ce n’en soit pas des vrais. C’est peut-être juste 2 jeunes hommes victimes de la bonté des dieux. C’est pas leur faute s’ils sont irrésistibles.
    Mais ce n’est pas comme celà tu les a présenté et au final tu dis rien des filles qu’ils ont fait souffrir… Qu’est-il advenu de Francine ? Et Mariam ?
    Et puis Akofa ? Pourquoi elle est venue cogner et a disparu juste après ?

    Le plan X c’était quoi au final ? Coucher avec les 2 soeurs non ? Il est à l’eau, le plan…😪

    Il doit forcément y’avoir une suite. Ça peut pas finir comme ça😕

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *