Plan X (Part XXXI)

        Alexia suivit sa mère au salon, où les attendait Alexine. Elle s’assit et sa mère fit de même.
– Que se passe-t-il maman ? demanda Alexia, la voix ensommeillée.
– Il y a des choses que j’ai dû vous caché mais maintenant il est grand temps que je vous dise la vérité.
     Les jumelles se regardèrent, étonnées. Elle commença sur un ton déterminé.
– Je vais être brève et précise. Et ça risque de faire très mal. J’ai commis beaucoup d’erreurs pendant ma jeunesse et votre père m’a pratiquement sauvé la vie alors que j’étais sur une pente raide. Je lui en serai éternellement reconnaissante. Et c’est d’ailleurs pour ça que je l’ai épousée. Mais avec le temps je me suis lassée et je suis allée voir ailleurs. J’ai trompé votre père avec un autre et il m’a surpris pendant que je le faisais. Mais par amour pour vous il a décidé de rester jusqu’à ce que vous soyez adolescentes. Et deux mois après vos treize ans, il est parti. Aujourd’hui je me rends compte que ma vie de jeunesse a fini par prendre le dessus sur mon amour pour votre père.
      Alexine baissa la tête.
– Tu es un monstre ! cria Alexia toute en larmes.
– Pourquoi nous as-tu laissé croire le contraire maman ? Tu nous as laissé le détester alors que c’était toi qui l’avait trompé et abandonné.
– Parce que vous n’étiez que des enfants et vous n’y aurez rien compris. Mais c’est surtout parce que vous aviez besoin.
– Pour que tu nous apprennes à nous prostituer ? repartit Alexine, furieuse.
      Sa mère ne releva pas les propos de sa fille. Elle répondit calmement.
– Non plutôt parce que vous êtes des filles et que les filles ont besoin de leurs mères pendant leur puberté. Et surtout parce que vous êtes ce que j’ai de plus cher au monde. Votre père le savait c’est pour ça qu’il a décidé de partir plutôt que de me faire partir.
– C’est comme ça que tu traites ce que tu as de plus cher au monde ? En les ignorant pendant cinq ans ? s’écria Alexia toujours en larmes. Nous avons passé ces cinq dernières années à essayer de cicatriser une plaie qui n’existait même pas.
– Je sais ! C’est parce que j’avais honte de ce que j’ai fait à votre père. C’est pour ça que je n’arrivais pas à vous laissez m’approcher. J’appréhendais ce fameux jour où je vous dirais toute la vérité. Je sais que vous me détesterez pour le restant de vos jours pour ce que j’ai fait à votre père et aussi pour vous avoir caché la vérité. Mais c’était pour votre bien. J’ai commis beaucoup d’erreurs mais tromper votre père est celle que je regrette le plus. Je vous ai caché la vérité parce que c’est mon devoir en tant que mère de vous protéger. Un jour vous serez mère toutes les deux et vous comprendrez peut-être ce que j’ai enduré pendant ces sept dernières années. Je ne justifie pas mes actes mais j’espère que vous les comprendrez, je ne peux pas vous demander pardon parce que le faire serait vous maudire. Je serai désormais là pour vous et je veillerai à ce que mes deux filles chéries ne commettent pas les mêmes erreurs que leur conne de mère.
      Elle se tourna vers Alexine.
– Tu es jeune ma fille ! Tu as toute la vie devant toi. Ta vie future ne sera que la suite de celle-ci, les conséquences de tes actes tu ne les subiras pas tout de suite mais plus tard quand tu seras plus âgée. On a qu’une vie c’est vrai mais ce n’est pas une raison pour la vivre comme on l’entend. Quant à toi Alexia tu es bien sage mais tu aimes trop cacher les choses qui t’arrivent. À quoi bon avoir une jumelle si tu n’es pas capable de partager tout ce qui t’arrive avec elle. Cela vaut pour toi aussi Alexine. Des garçons pour vous courir après il y en aura toujours alors ne sautez pas sur le premier venu. Laissez votre coeur choisir et surtout restez fidèle à votre choix ! – elle marqua une courte pause puis reprit d’une voix plus douce – je vous aime mes chéries, vous mettre au monde est la plus belle chose qui me soit arrivée dans ma vie alors je ne veux pas que vous commettez les mêmes erreurs que moi. Et que vous vous retrouviez un jour dans la même position que moi aujourd’hui alors prenez soin de vous.
     Elle se tut et sortit un mouchoir de son sac à main pour essuyer ses larmes. Alexia, la première se leva et vint s’agenouiller devant sa mère. Elle la serra très fort dans ses bras, toutes deux en larmes. Alexine, quant à elle, croisa les bras et resta là à les regarder jusqu’à ce que sa mère lui fasse signe de s’approcher. Et elle se joignit à sa soeur pour câliner leur mère.
– Vous devez me présenter ces deux garçons, dit finalement leur mère en souriant.
– D’accord maman, répondit Alexia en reniflant.
– Ça fait plaisir de te retrouver maman !
– Ça fait plaisir de vous retrouver aussi mes chéries. Vous m’avez tellement manqué. On a beaucoup de chose à rattraper mais pour le moment allez vous coucher vous avez cours demain.
     Elles se levèrent comme une seule personne.
– Bonne nuit maman !
     Elles montèrent rapidement les escaliers et se dirigèrent chacune vers sa chambre. Pendant ce temps au salon leur mère sortit son téléphone et composa un numéro.
– Allô François !
– Allô Johanna tu sais quelle heure il est ?
– Oui désolée de t’appeler si tard mais ça ne pouvait pas attendre.
– Il y a quoi de si urgent ?
– Je voulais juste te dire que j’ai parlé aux enfants ce soir.
      Il soupira longuement.
– Tu leur as aussi parlé de nous deux ?
– Non je voulais qu’on le fasse ensemble !
– Je vais passer à la maison demain pour qu’on en parle ! Préviens-moi quand elles seront en cours.
    Il raccrocha sans un mot de plus.
                              *         *
                                   *
– Bébé ma mère veut te connaître ! annonça Alexia en entrant dans sa chambre.
      Joël se leva d’un bond.
– Non pas tout de suite !
– Ah okay ! soupira Joël. Elle voulait vous parler de quoi au fait ?
– C’est assez long et on a cours demain alors on ferait mieux de dormir, répondit Alexia en montant à califourchon sur Joël qui était assis sur le rebord du lit. Demain je te raconterai tout d’accord ?
– D’accord ! répondit Joël en souriant.
– Tu es terriblement sexy quand tu souris, dit Alexia d’une voix sensuelle.
      Elle l’embrassa avec passion.
– Tu sais que je suis très douée pour les gâteries ? lui susurra-t-elle à l’oreille.
– Ah oui ? !
– Oh oui ! répondit Alexia en glissant sa main dans son pantalon.
– Alexia je peux te parler ? dit Alexine en passant la tête dans l’entrebâillement de la porte. Oh désolée je te croyais seule.
– Non t’inquiète ça va ! répondit Alexia en sortant sa main de la culotte de Joël.
– Je vais revenir après et encore désolé ! s’excusa-t-elle puis elle s’éclipsa avant que sa soeur ne lui demande de rester.
– Où en étions-nous ? murmura Alexia.
– Tu étais sur le point de me montrer tes dons pour les gâteries, répondit Joël en fourrant son visage entre ses seins.
– Et si on reportait tout ça en une seule soirée où les anglais seront partis ?
– C’est une très bonne idée ça ! concéda Joël.
– Maintenant au lit ! déclara-t-elle en descendant de lui.
    Ils se recouchèrent comme avant l’arrivée de Johanna.
                              *         *
                                   *
      Le lendemain en rentrant des cours, les jumelles découvrirent avec étonnement la voiture de leur père garée devant chez eux.
– Mais c’est la voiture de papa non ? s’exclama Alexine en voyant la voiture.
– Sans aucun doute ! Allons voir ce qu’il fait ici.
     Elles se hâtèrent de descendre de la voiture et s’engouffrèrent dans la maison. Elles entrèrent au salon mais furent étonnées de le retrouver vide.
– Mais il n’est pas là !
– Attends j’ai ma petite idée, dit Alexine en se dirigeant vers le couloir qui menait à la chambre de ses parents.
     Alexia sur les talons, elle ouvrit brusquement la porte de ses parents, qui était entrebâillée.
– Papa ? ! s’exclamèrent-t-elles en choeur devant la scène qu’offrait leurs parents.

Paul Bernard AMGL ✌

2 commentaires sur “Plan X (Part XXXI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *