Plan X (Part XXVIII)

– Tu me fais peur là !
– Il n’y a pas de raison d’avoir peur, répondit-elle en souriant.
– D’accord je t’écoute alors !
      Alexine déglutit malgré qu’elle soit vraiment détendue.
– Bon je me lance ! J’ai couché avec Albert. Et pas qu’une fois, enchaîna-t-elle avant que sa jumelle ne puisse dire quoi que ce soit.
      Alexia ne répondit pas tout de suite, choquée par ce que venait de lui apprendre sa soeur. Cette dernière attendit patiemment qu’elle dise quelque chose mais elle ne répondit rien.
– Tu…tu ne dis rien ? bafouilla-t-elle, inquiète par l’absence de réaction de sa jumelle.
– Tu veux que je te dise quoi Alexine ?
– Tout ce que tu veux, tu peux me crier dessus mais surtout ne te tais pas s’il te plaît, supplia-t-elle.
– Je croyais qu’on était censé tout se dire entre nous mais je me suis trompée apparemment.
      À ce moment précis la sonnerie annonçant la reprise des cours retentit et Alexia se hâta d’aller en cours laissant sa soeur toute seule sur la cours. Elle ne lui adressa plus la parole du reste de la matinée. À midi, alors que le chauffeur les ramenait à la maison, il remarqua que quelque chose n’allait pas entre ses jeunes patronnes. Il essaya de détendre  l’atmosphère en leur racontant ses mésaventures avec ses ex patrons mais aucune des deux ne lui prêta attention.
       Une fois hors de la voiture Alexine retint Alexia, qui s’apprêtait à rentrer à la maison.
– Si je ne t’ai rien dit c’est parce que j’appréhendais ta réaction.
– Et tu avais raison parce que Albert lui va m’entendre, répondit-elle avec dédain.
– Ce n’est pas sa faute ! Il avait refusé mais j’ai insisté et j’ai réussi à le convaincre de le faire avec moi. Je sais que Chris t’a négativement marqué en t’abandonnant alors que tu te croyais enceinte mais cela ne veut pas dire que ce sera le cas avec tous les garçons Alexia. On s’aime lui et moi et…
– C’est ce que je croyais avec Chris aussi jusqu’à ce qu’il m’abandonne lâchement comme il l’a fait.
– Ça ne veut pas dire que ce sera le cas avec moi, répéta Alexine. Je sais ce que je fais et je te tiendrai au courant de tout désormais mais je ne peux pas être heureuse avec lui si tu n’es pas d’accord avec notre relation. Fais-moi confiance pour une fois Alexia.
       Alexia soupira longuement.
– Bon d’accord je crois que tu sais ce que tu fais. Maintenant raconte moi la première fois c’était comment ? demanda-t-elle, enfin calmée.
– Viens je te raconte, répondit Alexine en l’entraînant vers la maison.
– Je veux tous les détails !
                              *         *
                                   *
     Francine arriva chez Joël à l’heure prévue. Elle sonna au portail et à sa grande surprise c’est une femme qu’elle ne connaissait pas qui vint lui ouvrir.
– Bonsoir madame ! S
salua-t-elle poliment.
– Bonsoir jeune fille, tu cherches quelqu’un ?
– Oui Joël. Il est là s’il vous plait ?
– Qui la cherche ?
– Francine !
– Jacqueline dit à ton frère que Francine le cherche et dépêche-toi on risque d’être en retard, aboya-t-elle en se tournant vers l’intérieur de la maison. Entre et attends le à l’intérieur, dit-elle en s’effaçant pour la laisser passer.
      Francine remercia la mère de Joël et entra dans la maison. Une minute après Joël sortit avec sa soeur. Jacqueline salua d’un signe de main et courut rejoindre sa mère qui l’attendait devant la maison.
– Viens on s’assoit au salon, proposa Joël.
     Francine le suivit.
– Bon maintenant je t’écoute !
– Joël j’ai raté mes menstruations le mois dernier.
– Tu as pris les pilules que je t’avais dit de prendre ?
– Oui je les ai pris ce jour-là même !
– Alors ce n’est sûrement rien. Je vais te donner de l’argent, tu vas voir ton gynécologue et tu me dis ce qu’il dit après d’accord ?
– D’accord mais garde l’argent t’inquiète ! Je te tiendrai au courant.
– Ou si tu veux tu prends le rendez-vous et je t’y emmène moi même.
    Elle sourit légèrement en voyant que Joël ne la laissait pas se débrouiller toute seule.
– Non ça va t’inquiète pas ! Bon j’y vais. Il ne faut pas que je sois en retard à la chorale, répondit Francine en se levant.
– D’accord à plus tard alors, conclut Joël en se levant à son tour pour la raccompagner au portail.
    Francine s’en alla et Joël courut dans la douche pour ne pas être en retard à son rendez-vous avec Alexia. Mais il arriva quand même chez elle avec trente minutes de retard. Il gara sa moto devant la maison et sonna au portail. Alexia vint lui ouvrir en personne.
– Désolé pour mon retard bébé, j’ai eu une visite inattendue, s’excusa-t-il en l’embrassant.
– C’était qui ? demanda Alexia, en s’effaçant pour le laisser entrer.
– Tu es sûre que tu veux savoir ?
– Oui j’en suis sûre !
– C’est une fille avec qui j’ai couché il y a un mois.
– Et vous avez voulu renouveler l’expérience c’est ça ? s’enquit-elle. Parce que ça expliquerait parfaitement ton retard de 30 minutes.
      Joël ne pût retenir son rire devant la mine renfrognée de sa petite amie.
– Non elle est venue me dire qu’elle n’a pas eu ses menstruations le mois dernier et elle était un peu inquiète donc je l’ai rassurée. Je lui ai dit d’aller voir son gynécologue et de me tenir au courant.
– Tu me promets que c’est la vérité ?
– Oui je te le promets bébé !
– Et s’il arrive qu’elle tombe enceinte ?
– Elle ne tombera pas enceinte !
– Hum ! Suis-moi ! Je t’ai fait des crêpes.
     Joël la suivit au salon où l’attendait de la crème et des crêpes.
– Je croyais que c’était une bonne pâte qui m’attendait, dit Joël, déçu.
– Tu veux que je t’en prépare ? lui demanda Alexia.
– Non j’ai trop faim je ne peux plus attendre !
– Alors mange ! ordonna-t-elle.
– Tout de suite madame !
– Du nutella ?
– Oui s’il te plaît.
    Alexia tartina les crêpes de nutella et Joël les attaqua pendant qu’elle prenait sa crème.
– Lexie tu crois que cette robe est approprié pour ma première soirée avec mon nouveau mec, demanda Alexine, en sous-vêtements, en haut des escaliers.
    Quand elle remarqua la présence de Joël, elle courut se cacher derrière le premier pilier qui se présenta.
– Tu ne peux pas me dire qu’il est là, demanda Alexine, contrariée.
– Ça t’apprendra à débouler en sous-vêtements au salon, répondit Alexia en se levant. Je reviens bébé.
     Joël, mine de rien, opina de la tête et continua ses crêpes. Cinq minutes après elle descendit avec sa soeur qui portait une robe fleurie blanc-rouge, sans bretelles , légèrement décolletée dans le dos, avec la poitrine en dentelles, un sac à main et les boucles d’oreilles blancs et enfin des chaussures à talons, rouges.
– Waoh ! s’exclama Joël en la voyant.
– Ferme les yeux Joël ! Je ne crois pas que mon mec apprécierait que tu me regardes de la sorte.
– T’inquiète pas il ne dira rien, répondit Joël en souriant.
– Si tu continues de la regarder comme ça je vais monter me mettre en robe de soirée aussi, menaça Alexia.
      La sonnerie du portail retentit et elle se dépêcha dehors pour ouvrir.
– Elle te va vraiment bien cette robe, la complimenta Joël.
– Merci c’est gentil ! J’espère que ton pote appréciera lui aussi.
     Alexia revint au salon avec Albert.
– Tu es vraiment magnifique ! s’exclama ce dernier en voyant son rendez-vous.
– Merci mon bébé ! répondit Alexine en lui sautant au cou.
     Elle lui fit un bisou.
– On y va ?
– Oui vient, répondit Albert.
– Amusez-vous bien les enfants ! lança Joël la bouche pleine.
– Et vous, restez sage surtout ! répondit Albert en leur faisant un clin d’oeil.
     Elle tendit son bras à Alexine qui le saisit et ils s’en allèrent. Joël finit ses crêpes et se tourna vers Alexia qui le regardait manger.
– C’est quoi la suite ?
– Soirée cinéma ! Viens on monte dans ma chambre.
– D’accord mais au fait, elle n’est jamais là votre mère ?
– Tout comme la tienne !
– Tu marques un point !
        Joël sauta sur le lit et s’adossa contre la tête du lit. Alexia, après avoir allumé le film, vint se caler dans ses bras. Ils regardèrent le film en silence pendant un moment. Puis, lassée, Alexia  tourna sa tête vers Joël et commença à l’embrasser. Ce dernier répondit à ses baisers et se mit à la caresser tendrement. Alexia se laissa aller et Joël la coucha sur le dos pour mieux la dominer. Il lui retira son débardeur tout en continuant de l’embrasser. Il introduisit son index et son majeur dans son soutien-gorge et se mit à lui titiller le téton. Alexia se mit à gémir, contre la bouche de Joël, sous l’effet du plaisir. Alexia s’abandonna complètement aux baisers et aux caresses de Joël. Il sortit ses seins de son soutif et se mit à caresser le tour des tétons avec ses doigts. Il posa enfin sa bouche sur l’un des seins et l’aspira. Alexia écarta les bras pour le laisser faire. Il commença à la téter et Alexia, haletante, se mit à lui caresser la tête, les paupières closes comme pour mieux savourer les caresses de Joël. D’une habileté hors paire, il glissa main sa main vers son short mais Alexia l’arrêta en chemin.
– Joël attend s’il te plaît ! dit-elle en retenant la main de Joël.

Paul Bernard AMGL ✌

15 commentaires sur “Plan X (Part XXVIII)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *