Chroniques d’une Togolaise tombée enceinte à 18 ans (Part XXX)

Elle ouvrit la boite et y découvrit un magnifique collier en or jaune  avec pour médaillon les lettres « E&G » incrustées de rubis.
– Oh mon Dieu! S’exclama-t-elle en voyant le collier
Elle resta bouche bée pendant un moment puis sauta au cou de son petit ami en pleurant. Il la serra très fort.
– Edmond c’est le plus magnifique cadeau tu m’aies jamais fait.
– Non bébé, le plus magnifique cadeau que je t’ai faite c’est ça, répondit-il d’une voix calme en lui caressant le ventre.
Elle se mit sur la pointe des pieds et l’embrassa. Il en profita pour lui tripoter les fesses en l’embrassant.
– Le collier est si beau que tu ne veux pas l’essayer?
– Oui il est si beau que j’ai peur de l’abîmer.
– Si tu l’abîmes je t’en ferai un autre encore plus joli. Aller donne ça et tourne toi.
Elle s’exécuta et se tourna, il lui mit le collier et l’emmena devant le miroir.
– Admire la perfection bébé.
– N’exagère pas c’est surtout le collier qui l’est.
– Tu es l’une des plus belles œuvres de Dieu Gabie.
– Ah bon?
– Tu doutes?
– Si c’est toi qui me le dit, non je ne doute pas. Mais je doute en la capacité de tes yeux. Tu as vu les petites boules de graisses qui commencent à se former sur ma cuisse et mes bras?
– Ça c’est dû à la grossesse.
– Oui mais je n’en suis qu’à deux mois. Imagine quand je serai au terme de la grossesse. Je vais devenir comment?
– Tu seras toujours l’une des meilleures œuvres de Dieu.
– Mais seulement pour toi.
– Et depuis quand l’avis des autres sur toi compte pour toi?
– Depuis que je suis enceinte.
– Non t’inquiète tu seras toujours magnifique même avec la grossesse.
– J’espère bien bébé. Déjà je me trouve grosse et je ne supporte pas ça
– Bon chaque soir je t’emmènerai marcher. Ça peut changer quelque chose aussi.
– D’accord faisons donc ça. Au fait je veux que tu me promettes une chose.
– Tout ce que tu veux ma princesse.
– De ne plus me faire de cadeaux au moins jusqu’à ce que tu aies un nouveau boulot.
– Mais j’ai un boulot.
– Tu sais très bien de quoi je parle.
– D’accord promis bébé.
– Devine un peu ce que je vais mettre samedi?
– Toi-même tu sais que je suis nul pour les devinettes et tu as de trop jolies robes
– J’ai de jolies robes mais la plus jolie d’entre elle c’est celle qu’un certain Edmond m’a offerte. Elle est juste superbe.
– Ah oui? Et il t’a déjà vu dedans?
– Il en aura bientôt l’occasion.
Le samedi vers 16h, Ed alla chercher qui avait mis la magnifique robe fleurie que son fiancé lui avait offerte deux semaines auparavant. Ils se présentèrent chez les Mae avec une bouteille de vin rouge Loméville 1929 (C’est un vin que je viens de créer n’allez pas chercher loin). Ils passèrent une soirée tranquille et Gabie riait tellement aux blagues de Claude qu’il ne remarqua pas la tension qu’il y avait entre son mec et Sandra. Après dîner, Gabie aida Sandra à débarrasser la table pendant que Ed et Claude parlait de sport au salon. Puis ils changèrent de sujet et Ed lui parla des circonstances de la perte de son emploi principal.
– Je vois. Et tu as besoin d’argent c’est ça?
– Oui j’en ai vraiment besoin. Je ferai n’importe quoi pour que Gabie et les jumeaux soient à l’abri du besoin.
– N’importe quoi?
– Oui n’importe quoi!
– Hummm!
– Vous avez un truc pour moi?
– Peut être bien!
– Je vous en serai éternellement reconnaissant si vous pouvez m’aider à trouver un nouvel emploi.
– Viens me voir mercredi. On en reparlera d’accord?
– D’accord je serai là sans faute.
– Ça j’en doute pas une seconde
Ils prirent congé des Mae et rentrèrent chez eux. Mais Ed ne parla pas de son entretien à Gabie pour lui faire la surprise…

by Paul Bernard AMGL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *