Chroniques d’une Togolaise tombée enceinte à 18 ans (Part XXIII)

             Une fois que Ed fut hors de la maison Gabie claqua la porte et éclata en sanglots. Elle pleura toutes les larmes de son corps. Mais comment avait il put lui faire ça? Elle qui avait tant confiance en lui. Que va-t-elle devenir sans lui? Lui qui était sa raison de vivre, lui qui lui donnait le sourire, qui croyait en elle comme personne ne peut le faire (A part ses parents), lui avec qui elle s’imaginait passer le reste de sa vie.
                Ed de son côté s’asseya derrière le volant de sa voiture mais n’arrivait pas à demarrer. C’était comme si le ciel lui était tombé sur la tête mais qu’il devait bouger quand même. Pourquoi il avait ça alors qu’il l’aimait tant? Qu’est-ce qui lui avait pris? Qu’est-ce que Eva avait de plus que sa dulcinée? Sa moitié? Sa Gabie à lui? Maintenant qu’elle veut plus rien savoir de lui qu’allait il devenir? Pour qui allait il se battre maintenant? Il prit son courage à deux mains et démarra. Mais il continuait de reflechir. Il devait la ramener à lui. Il devait lui montrer à quel point il l’aime et jusqu’où il était prêt à aller pour elle. Il arriva chez lui et décida de ne pas se laisser abattre. Il alla prendre une douche et prit son téléphone. Il appela Gabie. Elle décrocha
– Edmond quand j’aurais envi de te parler je t’appellerai moi même.
         Puis elle racrocha. Elle alla prendre une douche froide pour se remettre les idées en place, se posa sur son lit et sortit son album photo. Elle regarda des photos d’elle toute petite, en compagnie de son père et aussi de sa mère. Sa mère… Celle qu’elle aurait tant voulu qu’elle soit là à ses côtés et qui aurait sû la réconforter en un seul mot ou en un seul geste. Elle retrouva aussi une photo d’elle et Gisèle, Gisèle sa meilleure amie, la soeur qu’elle n’avait pas eu. Elle décida tout de suite de l’appeller malgré l’heure avancée de la nuit. Celle-ci décrocha tout de suite.
– Gabie il se passe quoi encore?
– Non il n’y a rien calme toi chérie. Je vais bien.
– Tu m’as fait une de ces peurs.
– Desolé ce n’était pas mon intention. Je voulais juste te parler.
– Ça tu devais le faire!
– Oui je sais. Et je sais aussi que dois beaucoup m’en vouloir pendant que tu étais chez tes parents. Et ton pied s’est bien remis?
– Oui c’est comme si il n’a jamais été cassé haha. Mais bon je suis sûr que tu m’appelles pas pour l’état de mon pied. Alors ça fait prêt de cinq semaines que tu n’as plus donné de nouvelles il s’est passé de quoi depuis?
– Ça dirait une soirée pyjama improvisée là?
– Ahah tu sais que je suis toujours partante pour passer du bon moment.
– Ramène ta belle gueule d’emmerdeuse avec des habits pour demain matin et tout les cochoneries  que tu peux trouver dans ton refrigérateur.
– J’arrive à la minute même. Je vais débarquer à la Usain Bolt ma chérie.
     Gabie ne put s’empêcher de rire malgré son humeur grise comme un ciel en hivers.
– D’accord je t’attend.
      Elle arriva dix minutes plus tard avec un grand sac où elle avait entassé tout ce dont elles pourraient avoir besoin pour la soirée. Elle appella Gabie qui descendit l’ouvrir et l’aider à monter son sac dans la chambre.
– Non mais il est lourd ce sac tu as mis quoi dedans?
– Tu verras toi même.
              Une fois dans la chambre elle sortit deux grands pots de glace à la vanille, du chocolat, et du chewing gum pour rester éveillées. Elles attaquèrent tout de suite les glaces et Gabie commença.
– Gisèle, j’ai un truc important à t’annoncer.
– Vas y je t’écoute
– Je suis enceinte de jumeaux depuis quatre semaines…
– Quoi? Demanda t-elle en écarquillant les yeux.
– Tu m’as bien compris Gisèle
– Comment ça enceinte? En plus tu me l’annonces ça comme s’il s’agissait du temps qu’il allait faire demain? Tu sais ce que ça implique une grossesse? Tu sais ce que ça veut dire « Je suis enceinte? ». Ta vie vient de changer alors que tu rêvais. Je sais même pas si tu te rends compte du choc que tu me fais là!  Gabie!  Non mais là vraiment cinq semaines de grossesse et moi qui suis ta meilleure amie, ta sœur, ta jumelle et toi tu attends tout ce temps pour m’annoncer ça si calmement?
              Gabie avait les larmes aux yeux, elle ne savait pas quoi dire. Elle avait essayé de lui dire mais elle n’avait jamais reussi à le faire parce qu’elle craignait ce moment. Gisèle était sa meilleure amie, sa soeur de coeur mais elle savait qu’elle ne tolererait jamais sa grossesse. Du moins pas tout de suite après l’avoir appris. Elle avait fait du mal à son amie de toujours, son amour, son cœur, la seule qui serait toujours présente pour elle et pour les jumeaux… Quand elle essaya de parler aucun son ne sortit de sa bouche, elle éclata en sanglots pour la deuxième fois dans la soirée. Gisèle la laissa pleurer tout son saoul. Puis quand elle se calma un peu elle commença
– Gisèle pardonne moi mais j’avais pas la force , j’avais peur de te décevoir peur de perdre notre amitié et que tu ne veux plus jamais me parler quand tu apprendrais ça
– Mais non ma chérie! Je serai toujours là pour toi!  Tu es ma sœur et on ne change pas de sœur comme on change de vêtements. Ces deux bébés que tu portes sont mes anges à moi et l’amour que tu leur donneras je le leur donnerai aussi!
                Gabie sourit! Elle savait que Gisèle serait toujours là pour elle et elle en avait bien besoin car elle avait besoin de soutien. Toutes les deux elles se sont connues au primaire et elles se sont tout de suite entendues. Et elles sont devenues inséparables avec le temps parce qu’elles avaient beaucoup de choses en commun. Malgré leurs caractères strictement opposés elles étaient restées lier. Gisèle était comme on le dit souvent une personne de sang chaud. Elle ne laissait jamais personne les embêter ou leurs chercher des noisettes. Gabie qui était contrairement à elle, douce comme du duvet. Elle ne sortait ses griffes que quand son amie se sentait menacer, ce qui n’arrivait presque jamais…
– Je savais que je pouvais toujours compter sur toi. Si seulement j’avais choisi un meilleur homme qui me trompe pas …
– Hein? Mais de quoi tu parles Gabie ? Faut pas m’énerver ce soir comme ça hein regarde ce que tu me fais comme ça explique toi .
– Au fait ce soir quand tu m’as trouvé inconsciente et que tu as appelé Ed, devine où il était ?
– Où?
– Dans les bras d’une des infirmières de tonton Doss

– Quoi? Mais vraiment qu’est ce qu’il a ton type là?   Une perle comme toi qui lui fait deux gosses d’un coup il va faire quoi chez une infirmière? Il est malade ? Ou il devient fou?
– Hmmm!  Je ne sais pas. Il m’a juste dit qu’il allait la pénétrer mais qu’il s’est ravisé et tout parce qu’il m’aimait
– Ah bon c’est quoi ces bêtises ? Passe moi ton téléphone.
– Tu vas faire quoi avec ?
– Tu sais très bien ce que je vais faire alors donne moi ton téléphone
– On dit « S’il te plaît »
– Pour que tu puisses dire non si ça ne plaît pas? Je ne veux pas m’enerver alors donne moi ce putain de téléphone!
– Ok ok tiens!
         Elle lui tendit le téléphone. Quand Gisèle commence à utiliser les gros mots la meilleure solution pour ne pas prendre une bonne raclée est de faire ce qu’elle dit. Elle prit le téléphone et composa le numéro de Ed. Celui-ci décrocha tout suite.
– Allô mon amour?
– Calme toi le mec en chaleur! J’ai deux mots à te dire.

by Paul Bernard AMGL ✌

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *